Présidentielle 2015 : Une autre coalition de l'opposition se dresse contre Ouattara - Ce qu'elle réclame


(Photo d'archves)
  • Source: L'Inter
  • Date: mar. 08 sept. 2015
  • Visites: 2231
  • Commentaires: 0
Dans une déclaration commune dont copie nous est parvenue hier, des partis politiques de l'opposition et des candidats indépendants ont décidé de parler d'une seule voix pour exiger des conditions d'élections crédibles.

Ci-dessous l'intégralité de la déclaration.

 

Le mercredi 12 août 2015, les quatre partis: l'Urd, le Pit, le Rpp, et l'Usd, ont rencontré Son Excellence Monsieur Amara Essy, candidat déclaré à l'élection présidentielle, à l'effet de discuter des possibilités de collaboration à quelques semaines de l'élection présidentielle en Côte d'Ivoire. Au terme de cette rencontre, les deux parties qui ont constaté une convergence de vue sur la plupart des problèmes abordés, dénoncent :

 

La mauvaise gouvernance et la détresse des populations alimentées par :

- L'échec total de la réconciliation, condition importante pour des élections apaisées ; la gestion de l'Etat marquée par une immixtion permanente de l'Exécutif dans le fonctionnement des Institutions de la République ; une gestion partisane et approximative de la relance économique et de la reconstruction nationale, marquées notamment par un surendettement injustifié ; une incapacité avérée du gouvernement à engager la lutte contre la pauvreté en faveur des populations qui continuent à subir les conséquences des pillages et destructions de biens consécutifs à cette longue crise, et à l'insécurité ; un manque de volonté du pouvoir d'engager la réconciliation nationale et le dialogue politique, alors qu'une fracture béante dommageable à l'unité nationale marque encore notre société.

 

Par ailleurs,  la gestion calamiteuse du processus électoral  en cours entraîne un certain nombre de conséquences:

- Les nombreuses ambiguïtés du cadre juridique et réglementaire des élections font planer sur la Nation la menace d'une déflagration aux effets dévastateurs. En effet, la Constitution actuelle, en son article 35, ne permet pas à Monsieur Alassane Ouattara, qui vient de déposer son dossier de candidature, d'être éligible. La Commission électorale indépendante (Cei ) est déséquilibrée au profit du pouvoir, et la proximité de son président d'avec l'Exécutif ne peut entrainer qu'une gestion partiale du processus électoral. L'insécurité va sans conteste empêcher les candidats aux élections à venir de faire campagne en toute quiétude. Cette insécurité chronique est propice à la prise en otage du scrutin à venir par des forces non conventionnelles, acquises au candidat Ouattara qui sévissent dans tout le pays depuis la crise post-électorale. La fraude à l'identité et à la nationalité perpétrée sans réaction appropriée des autorités. Une liste électorale dont l'élaboration a été bâclée et compromet d'avance la sincérité du scrutin. Une justice partisane, qui multiplie les emprisonnements politiques et contraint de nombreux Ivoiriens à l'exil, le gel des avoirs, la cession scandaleuse et complaisante des marchés publics. Tous ces facteurs expliquent la crispation du climat et les tensions (...)

Lire la suite sur L'Inter


Alassane Ouattara Commission électorale indépendante Cei Côte d'Ivoire élection présidentielle réconciliation gouvernement candidature candidats marchés publics Constitution élections opposition




Educarriere sur Facebook