RGPH / Recensement à l'intérieur du pays : L'accès aux logements refusé aux agents - Les préfets montent au créneau


(Photo d'archives)
  • Source: Le Mandat
  • Date: mar. 29 avr. 2014
  • Visites: 3064
  • Commentaires: 0

Les activités du 4è Recensement général de la population et de l'habitat (Rgph) 2014 évoluent à un rythme désespérant. Pour cause, les agents recenseurs rencontrent de réelles difficultés de l'exercice de leur mission à l'intérieur du pays. C'est le cas par exemple de la région du Goh où ces difficultés sont identiques dans les 12 sous-préfectures (Gagnoa, Serhio, Dignago, Guiberoua, Ouragahio, Bayota, Yopohue, Dahiepa Kehi, Doukouyo, Galebre, Dougroupalegnoa, Gnagbodougnoa). 

Dans un rapport officiel daté du 20 avril 2014, sur le point de la collecte dans le Département de Gagnoa, transmis à l'Institut national de la statistique (Ins), dont Le Mandat a eu copie, le Coordonnateur du Rgph de ladite région, Yao Kouamé Daniel, a relevé que « les positions deviennent de plus en plus radicales dans les quartiers et ménages dominés par les populations autochtones ». 

Selon ce rapport, des individus affirment carrément en ville, ne pas être concernés par le recensement. Pis, « les agents sont victimes de menaces verbales de plus en plus inquiétantes », note le Coordonnateur du Rgph. Informant que la « numérotation est effacée » par endroit et des personnes refusent l'accès de leurs logements aux agents. Des propriétaires de maison refusent que leurs locataires se fassent recenser. Conséquences : les populations d'origine étrangère ont peur de se faire recenser, à cause d'éventuelles représailles qu'ils craignent de ceux qui s'opposent au Rgph.

Dans les villages, « des individus suivent les agents recenseurs pour intimider ceux qui veulent se faire recenser et véhiculer des messages contraires au Rgph », selon toujours le même document. Si bien que ceux qui, initialement avaient accepté la numérotation, sont maintenant réfractaires au Rgph. Ils refusent de se faire recenser et effacent les numéros sur les logements. Chose bizarre, certains chefs de village qui affirment ne pas être opposés au recensement, ne sont pas encore recensés. 

Informées de la gravité de cette situation, les autorités administratives (préfets et sous-préfets) ont entrepris des tournées et réunions de sensibilisation. Avec pour instruction au maire et au président du Conseil régional de mener des campagnes de sensibilisation auprès des populations des 12 sous-préfectures ainsi qu'à leurs chefs.

A l'issue de ces différentes rencontres, les chefs de village qui ont fini par comprendre l'intérêt de cette opération, ont pris l'engagement de se faire recenser et ont promis d'appeler leurs populations à faire comme eux. 

Par ailleurs, ils ont demandé que le Coordonnateur fasse une tournée dans chaque village et quartier. Pour une rencontre élargie aux couches sociales à laquelle participeront autorités administratives, politiques, présidents de jeunesse et chefs de quartiers, Ong et Associations des femmes, leaders communautaires et religieux.

Salym K.




région du Goh village sociale ville don leaders jeunes femmes Gagnoa Guiberoua logements



Educarriere sur Facebook

Offres d'emploi du jour