Sit-in des élèves Eaux et forêts à Yamoussoukro : Journée mouvementée à la Basilique - 5 manifestants introuvables - Une dame perd sa grossesse, un gendarme blessé

  • Source: Soir Info
  • Date: mar. 03 sept. 2013
  • Visites: 3785
  • Commentaires: 9
350 personnes, agissant au nom du collectif de 787 élèves Officiers et Sous-officiers des eaux et forêts formés mais non encore intégrés, avaient pris d'assaut la Basilique Notre Dame de la paix de Yamoussoukro, le dimanche 1er septembre 2013.

Il s'agissait, selon elles, de prier, afin que Dieu puisse toucher le cœur des autorités étatiques, et qu'elles se penchent sur la question de leur intégration. Mais les manifestants ont été dispersés par les forces de l'ordre, à l'aide de gaz lacrymogène, aux environs de 20h, le même jour. Le bilan fait état de 10 personnes blessées du côté des manifestants dont deux cas graves au moins, qui portent des blessures ouvertes au niveau du pied, du crâne, du bras et du menton. Une femme, dans la débandade, a perdu sa grossesse de 2 mois, a-t-on appris. En plus de cela, les membres du collectif font état d'au moins 5 des leurs dont ils sont sans nouvelle.

Par ailleurs, il nous est signalé qu'il y a des blessés dans les rangs des forces de sécurité. Si certaines sources indiquent 3 agents, d'autres font état d'un seul blessé. Ouattara Zié Lacina, porte-parole des manifestants, a indiqué que le collectif a levé une cotisation pour la prise en charge rapide des blessés et admis au service des urgences du Chr de Yamoussoukro. Mais comment en est-on arrivé à la montée de la tension ? Nos sources expliquent que les membres du collectif, arrivés tôt le matin, pour un pèlerinage, auraient demandé une messe dont le sujet portait sur leur intégration. Un peu plus tard, ils ont porté des uniformes treillis. Le recteur de la Basilique leur a demandé de quitter les lieux avant 18h.

Autour de 19h, les forces de l'ordre (gendarmes et policiers) à bord de 2 cargos, sont arrivées et les ont sommés de quitter le lieu qui est un territoire étranger. C'est à la suite de cela que les choses ont dégénéré. Les forces de l'ordre ont soutenu avoir été lapidées par leurs vis-à-vis sans compter des propos hostiles tenus à leur encontre. Notons que les élèves Officiers et Sous-Officiers dess Eaux et forêts ont regagné leurs postes et villes respectifs.

Camille SIABA

(A Yamoussoukro)


Chr de Yamoussoukro service ville don élèves Ouattara



Educarriere sur Facebook

Offres d'emploi du jour