Relations CÔTE D'IVOIRE-FRANCE : Des révélations sur le nouvel accord de défense - Ce que fera l'armée française en cas d'attaque

  • Source: L'Inter
  • Date: lun. 24 juin 2013
  • Visites: 5410
  • Commentaires: 31
On en sait un peu plus sur le nouvel accord de défense entre la France et la Côte d'Ivoire.

Signé le 26 janvier 2012 à Paris par Alassane Ouattara et Nicolas Sarkozy, ce nouvel accord était supposé être rendu public par les deux parties ; mais depuis, il est tenu secret, les autorités ivoiriennes n'ayant pas encore daigné le mettre à la disposition du grand public. Il était par ailleurs prévu que ledit accord soit soumis à l'appréciation du parlement ivoirien avant de prendre force de loi, mais depuis, il n'a pas encore atterri sur la table des députés.

De sorte que les populations savent peu de chose de cet accord révisé, qui régit désormais les rapports entre les armées ivoirienne et française. Le document, dont nous avons reçu copie, laisse clairement entendre que les forces françaises ne serviront plus de bouclier au pouvoir en place à Abidjan, en cas d'attaque extérieure ou interne ; tout comme il précise le sort réservé au 43e BIMA( Bataillon d'infanterie de marine) et les facilités que l'Etat de Côte d'Ivoire consent à faire aux forces françaises amenées à séjourner sur le sol ivoirien dans le cadre de la coopération militaire.

Dès l'exposé des motifs, il est clairement indiqué : « Le présent traité ne prévoit pas de clause d'assistance en cas d'exercice de la légitime défense par le principe d'un concours à la République de Côte d'Ivoire en cas d'agression extérieure et encore moins de crise interne, mais de simples échanges de vues sur les menaces et les moyens d'y faire face ». En d'autres termes, en cas d'insurrection armée ou d'agression extérieure, l'armée française n'aura pas à intervenir militairement pour neutraliser les assaillants.

On ne devrait donc pas voir les soldats français sur le théâtre des opérations avec leur armement, pour donner la riposte aux forces ennemies. Au regard du nouvel accord, la France se bornera à échanger avec les autorités ivoiriennes sur les moyens de contrer les agresseurs. Pas plus.

LE SITE DU 43e BIMA CÉDÉ GRACIEUSEMENT

S'agissant du 43e BIMA, le nouveau texte annonce sa dissolution. « Le 43e bataillon d'infanterie de marine dont la présence trouvait son fondement dans l'accord de 1961 a été dissous. Il n'y a plus de force pré-positionnée en Côte d'Ivoire », stipule l'accord. En pratique, les locaux abritant ce camp français ne sont pourtant pas encore « dissous » depuis ce 26 janvier 2012, puisqu'ils continuent de fonctionner comme par le passé, ses occupants n'ayant pas évacué les lieux.

Le site du 43e BIMA reste donc fonctionnel, comme mentionné dans l'article 7 de la section 3 de l'annexe des accords de défense. « La partie ivoirienne met gracieusement à la disposition exclusive des forces françaises stationnées :le camp de Port-Bouët ainsi que les locaux et logements situés dans ce camp ; l'installation abritant le détachement d'intervention lagunaire (DIL), à Abidjan ». Peut-on alors raisonnablement parler de dissolut (...)

Lire la suite sur L'Inter


Côte d'Ivoire Alassane Ouattara Nicolas Sarkozy Abidjan Port-Bouët France Paris CIE concours insurrection logements ivoirien



Educarriere sur Facebook

Offres d'emploi du jour