Réforme annoncée de la Constitution / Des pro-Soro mettent en garde le pouvoir : « Si le président Alassane Ouattara touche à la Constitution, nous allons envahir les rues. »
« Avant octobre, Soro sera parmi nous »


Hugues Lago (au c.) était accompagné d’une forte délégation de son mouvement.
  • Source: linfodrome.com
  • Date: mar. 21 janv. 2020
  • Visites: 1491
  • Commentaires: 2
La réforme constitutionnelle annoncée par le chef de l'État, Alassane Ouattara, passe difficilement auprès d'une partie de la classe politique. Après que le président du Parti démocratique de Côte d'Ivoire (Pdci), Henri Konan Bédié, a marqué, dimanche 12 janvier 2020, son opposition à toute modification de la loi fondamentale, c'est au tour du camp Soro de donner de la voix.

Samedi 18 janvier 2020, profitant d'une remise de don au Centre chrétien de réhabilitation des marginaux (Remar) à Abidjan-Yopougon, Hugues Lago, président du Congrès national des soroïstes (Cnds) a dénoncé la volonté de l'exécutif de faire modifier la Constitution. Il a annoncé, dans la foulée, des actions au cas où le projet était mis en œuvre. « Nous l'avons dit, et nous le disons encore : si le président Alassane Ouattara touche à la Constitution en mars 2020, comme il l'avait dit, nous allons envahir les rues pour ne plus jamais les quitter », a prévenu Hugues Lago, en présence d'autres membres du Cnds.

Abordant la question du retour manqué en Côte d'Ivoire de son leader, Guillaume Soro, et celle du mandat d'arrêt international le visant, M. Lago a fustigé une procédure dont « l'ultime objectif » est de mettre « hors-jeu » un candidat déclaré à l'élection présidentielle. « Nous disons que c'est un mandat d& (...)

Lire la suite sur linfodrome.com


Abidjan Yopougon Henri Konan Bédié Alassane Ouattara Guillaume Soro Pdci Côte d'Ivoire élection présidentielle candidat mandat d'arrêt international Constitution opposition