Sortie de Bédié, réforme de la CEI... : Des partis de l'opposition réégissent, des actions annoncées
Affoussiata Bamba-Lamine : « C'est soit le chaos, soit la renaissance de la Côte d'Ivoire »


Des responsables de partis d’opposition ont assené leurs vérités au pouvoir.
  • Source: linfodrome.com
  • Date: sam. 22 juin 2019
  • Visites: 844
  • Commentaires: 0
Ils sont une dizaine de partis politiques qui se sont prononcés, jeudi 20 juin 2019, dans un hôtel à Cocody, sur l'actualité sociopolitique, notamment la récente sortie du président du Parti démocratique de Côte d'Ivoire (Pdci), Henri Konan Bédié, et la réforme de la Commission électorale indépendante (Cei).

Le président de l'Union des sociaux-démocrates (Usd), Henri Niava, a alors salué, dans la déclaration qu'il a lue, la sortie du leader du Pdci, condamnant la réaction du gouvernement. Selon lui, Henri Konan Bédié a pointé du doigt des problématiques qui menacent le pays. Aussi l'a-t-il assuré du soutien de l'ensemble de ces partis de l'opposition.

« Agissant ainsi, le président Henri Konan Bédié a agi en véritable homme d'Etat, soucieux de la paix, de la stabilité, de l'unité et de la réconciliation nationale. A cet égard, les partis de l'opposition tiennent à lui apporter leur soutien indéfectible dans ce juste combat et à lui rendre un hommage mérité pour ce rôle de visionnaire dans la défense intransigeante des intérêts fondamentaux du peuple ivoirien. En réalité, ces faits s'inscrivent dans un contexte général de quasi faillite de tous les leviers de la nation ivoirienne, depuis l'accession d'Alassane Ouattara à la tête du pays », a déclaré Henri Niava. Et de dépeindre, au-delà des faits relevés par le « Sphinx de Daoukro », un tableau sombre de la situation sociopolitique ivoirienne marquée, selon lui, par des manquements tant au niveau politique que socioéconomique. « Les partis politiques de l'opposition constatent, avec amertume, que depuis l'accession de M. Ouattara au pouvoir suprême, de nombreux faits illustrent, de manière évidente, le recul du pays à divers niveaux, notamment le démantèlement systématique des acquis démocratiques arrachés de haute lutte. Ce recul démocratique se manifeste, entre autres, par la caporalisation de toutes les institutions de la République, en l'occurrence la Commission électorale indépendante, le Conseil constitutionnel, l'Assemblée nationale, les libertés individuelles. Au plan économique, l'on assiste à la mise en coupe réglée de l'économie nationale par le bradage des entreprises d'Etat au bénéfice et au service d'un clan familial, établissant, de façon éhontée, un conflit d'intérêt manifeste (…). Quant à la dette de la Côte d'Ivoire, elle s'accroit de façon exponentielle », a-t-il regretté. A l'entendre, ces points négatifs témoignent de l'incapacité des gouvernants actuels à « gérer le pouvoir d'Etat de manière démocratique, tout en préservant les intérêts fondamentaux du peuple ivoirien, dans le respect des principes de la bonne gouvernance ».

Des actions en vue

Aussi a-t-il appelé, au nom de ses pairs, l'ensemb (...)

Lire la suite sur linfodrome.com


Henri Konan Bédié Alassane Ouattara Pdci Commission électorale indépendante Côte d'Ivoire Cocody réconciliation gouvernement