Duekoué : Après le passage d'un vent violent, des chefs coutumiers évoquent la colère des génies
Des libations faites au bord d'une rivière


Certains bâtiments publics comme celui de l'oipr (ici sur la photo) gardent encore l'impact du passage de la tempête
  • Source: linfodrome.com
  • Date: vend. 12 avr. 2019
  • Visites: 608
  • Commentaires: 0
Dans la nuit du mercredi 3 avril 2019, à Duékoué, un vent d'une rare violence a soufflé plusieurs édifices publics et privés, des points de commerce, des habitations, la clôture des services de la compagnie ivoirienne d'électricité (Cie), l'école primaire municipalité, la brigade de gendarmerie, les trois stations de radio, le cantonnement de l'Oipr, la base du bataillon des Forces armées de Côte d'Ivoire (Faci), et de nombreux complexes hôteliers.

Des routes et des poteaux électriques n'ont pas été épargnés. Dans la journée du jeudi 4 avril, cette ville ressemblait à un champ où des chars se sont livrés des batailles. Au dire des chefs coutumiers, la rage du vent serait dû à la désacralisation de la rivière sacrée qu'est le Guémon. Une semaine après ces moments de désastre, les populations de cette ville, capitale de la région du Guemon, sortent peu à peu de leur torpeur. 

Dans la journée du mardi 9 avril, une cérémonie, de purification a eu lieu sur les rives de ce cours d'eau." Nous avons fait cette cérémonie pour conjurer le mauvais sort qui s'est abattu sur notre village. Certaines personnes sont allées pêcher dans la rivière sacrée, d'où la colère des génies ", a expliqué Z. Pierre, un chef coutumier. " Nous avons eu toutes les peurs du monde. Dieu merci, cette tempête a soufflé la nuit. Si c'était dans la journée, il y aurait eu assez de victimes. Heureusement aussi que ce vent n'a pas duré", s'est réjoui T. Prosper, un instituteur à la retraite, qui a confié avoir perdu deux feuilles de tôle. " Lorsque le vent soufflait avec une rare violence, j'ai dit à mes enfants de se cacher sous les lits", a-t-il ajouté. " J'étais dans mon maquis lorsque ce vent s'est mis à souffler. Tout s'est renversé un coup. Les tables et chaises se sont envolées. Ce jour-là, tous mes clients ont fui sans me payer ma facture. Dieu merci que mon magasin n'a pas été trop touché. Petit à petit, nous commençons à oublier, sinon c'était ter (...)

Lire la suite sur linfodrome.com


Côte d'Ivoire Cie gendarmerie électricité



Educarriere sur Facebook

Offres d'emploi du jour

Appels d'offres

    Aucun document en téléchargement.

Voir tous les appels d'offre

Magazine