Cour pénale internationale : Gbagbo livre des secrets sur Sangaré et le congrès de Mama
Ce qu'il a confié à un visiteur


(Photo d'archives)
  • Source: Soir Info
  • Date: sam. 05 mars 2016
  • Visites: 3438
  • Commentaires: 0
Depuis la prison de Scheveningen à La Haye où il est enfermé, Laurent Gbagbo continue de recevoir des visiteurs auxquels il confie parfois quelques secrets.

A un cadre du parti de Gbagbo, qui a pu le voir, il a fait des confidences sur la solide amitié qui le lie à Abou Drahamne Sangaré, et sur le congrès tenu à Mama, fin avril 2015, par une frange du Front populaire ivoirien( Fpi). Au cours d'une tournée de mobilisation effectuée récemment par ce cadre à Bangolo, sa région natale, celui-ci a partagé avec les populations, ces confidences que Gbagbo lui a faites depuis sa cellule à La Haye. Billaud Zéréhoué, c'est son nom, a sillonné, du 12 au 28 février 2016, plusieurs localités du département de Bangolo. Secrétaire national,  chargé de la sécurité dans le Fpi-camp Sangaré, il est allé mobiliser la base, en vue de la libération du fondateur du Fpi. De Bléniminhouin aux cantons Takoué et Zibiao, en passant par Baïbly, Ziéondrou et Zéo, il a été accueilli par une foule immense et enthousiaste. Partout, il s'est employé à rallumer la flamme militante, en donnant les nouvelles de La Haye. Il a notamment livré des secrets sur les relations entre Gbagbo et Sangaré à l'étape de Bléniminhouin, chef lieu de sous-préfecture dans le canton Taouaké. Il a commencé par dire qu'Abou Drahamane Sangaré est le ''frère jumeau de Gbagbo'' avant de faire des révélations sur ce que les deux hommes ont vécu du temps où le fondateur du Fpi était détenu à Séguéla. « Le président Gbagbo m'a dit à La Haye ceci, à ce sujet: « Lorsque j'ai été placé dans une cellule d'isolement, Sangaré, alors étudiant, venait s'asseoir devant cette cellule dès que les gardes ouvraient les cellules. Il y restait jusqu'au soir, à l'heure de fermeture pour aller dormir. C'était comme ça tout le temps jusqu'à sa libération. Le jour de sa libération, il a pleuré comme s'il venait de perdre un être cher, à l'idée de me laisser dans cette cellule d'isolement et partir… », a révélé Billaud Zéréhoué, tout en soulignant qu'à l'époque des faits(1970), Gbagbo était enseignant, et Sangaré, étudiant. Une révélation qui a ému les militants du Fpi, au point qu'ils réclamaient la venue du « jumeau de Gbagbo » sur leurs terres. Le décor ainsi planté, l'émissaire du camp Sangaré a fait savoir à ses interlocuteurs, que celui-ci est bien celui que Gbagbo a choisi pour tenir les rênes du parti, en attendant qu'il revienne en prendre la direction. « Le camarade Sangaré me charge de vous dire que si Gbagbo, ne voulait pas la tête du part (...)

Lire la suite sur Soir Info


Laurent Gbagbo Front populaire ivoirien Fpi Bangolo La Haye




Educarriere sur Facebook