ft-ad_1
Politique

L'ambassadeur ivoirien au Gabon dans une situation délicate à cause d'un enregistrement audio

post-img

La fuite d'un enregistrement audio attribué à deux opposants gabonais a plongé l'ambassadeur ivoirien à Libreville dans une position délicate. Cette situation a poussé l'ambassadeur à devoir s'expliquer devant le ministre des affaires étrangères gabonais, révèle le média Africa Intelligence.

L'origine de cette controverse remonte au 21 août, lorsque l'enregistrement d'une conversation entre deux hommes a été diffusé dans les médias et sur les réseaux sociaux.

Dans cet audio, on peut entendre des propositions éloquentes : « On a déjà étudié avec d'autres personnes pour mettre en place la stratégie et Ali (président de la République du Gabon) sait qu'en cas de... nous pouvons avoir des alliances, que ce soit au Cameroun, en Guinée équatoriale et même au Congo parce qu'il y a des frontières. C'est quelque chose qui va nécessiter que des personnes se mobilisent. Moi, je peux, à travers Macron (président de la République de France) avoir des appuis de Ouattara (président de la République de Côte d'Ivoire) qui suivent le processus de près. »

Enregistré « par inadvertance »

La diffusion de cet enregistrement a rapidement créé une onde de choc. Les médias relayant l'audio affirment qu'il s'agit d'une conversation entre Albert Ondo Ossa, candidat à l'élection présidentielle, et Alexandre Barro Chambrier, homme politique influent.

enregistrement audio au GabonALBERT ONDO OSSA ET ALEXANDRE BARRO CHAMBRIER

Tous deux sont membres de la plateforme de l'opposition Alternance 2023, créée en prévision des élections générales du 26 août 2023. L'enregistrement aurait eu lieu à la veille de la nomination d'Ondo Ossa comme candidat d'Alternance 2023 à la présidentielle.

Le correspondant de l'AFP au Gabon, Joël Tatou, a révélé le 23 août 2023 qu'il était l'auteur de l'enregistrement en question. Il a expliqué l'avoir enregistré « par inadvertance » le 17 août dernier au siège du parti politique Réappropriation du Gabon, de son indépendance pour sa reconstruction (Reagir).

... le palais présidentiel à Libreville qualifie cet événement de « simple discussion » entre les deux personnalités

La plateforme Alternance 2023 a de son côté vivement réfuté la véracité et l'authenticité de cette conversation, qualifiant l'affaire d’« utilisation infâme de l'intelligence artificielle ».

Le procureur de la République près le tribunal de première instance de Libreville, André-Patrick Roponat, a annoncé l’ouverture d'une enquête judiciaire visant (...)

Lire la suite sur linfodrome.com


Côte d'Ivoire ville 2023 Ouattara France Cameroun Guinée Congo élection présidentielle candidat indépendance élections opposition ivoirien

Articles similaires