Salon de la Journée internationale de la Femme : les outils technologiques et digitaux, facteurs de prospérité du business de certaines femmes ivoiriennes

  • Source: CICG
  • Date: dim. 26 mars 2023
  • Visites: 727
  • Commentaires: 8
Abidjan, le 25 mars 2023 - Aujourd'hui, des ivoiriennes ont pu prospérer grâce à l'utilisation de l'outil technologique et digital. Certaines d'entre elles figurent parmi les exposantes au premier Salon de la Journée internationale de la Femme (JIF), qui a ouvert ses portes, le vendredi 24 mars 2023 à Abidjan-Treichville.

Dame Inès Dogbeh est directrice de la structure ‘'Gfais T'marché'' mise en place depuis deux mois. Elle se charge de faire le marché pour des personnes fatiguées, souffrantes, occupées, des hommes célibataires, etc.

« L'outil informatique utilisé est WhatsApp et nous faisons l'achat en fonction de la volonté et des préférences du client. Nous utilisons aussi Facebook, Instagram. Bientôt, nous allons créer un site Web. Nous prenons 10% du montant total du marché, plus 5 000 FCFA pour le transport. Pour le moment, j'ai une dizaine de clients qui sont contents du service fait parce que c'est un soulagement pour eux. Nous sommes une équipe de cinq personnes. Nous avons actuellement des contrats de deux semaines et de mois », explique-t-elle.

Nutritionniste, diététicienne de formation et gestionnaire et gérante de SévDiététique, Corine Tokpa vend des produits de beauté pour femme via les réseaux sociaux. « Nous utilisons Facebook, Instagram, pour faire des vidéos et publications pour nos clients. C'est en 2021 que nous avons commencé à vendre sur Facebook et nous avons plus de 15 000 followers. J'emploie pour le moment directement deux personnes. Je reçois aussi des stages. J'ai la cible qu'il faut. Le monde de demain, c'est celui du numérique. J'encourage les femmes à ne pas avoir peur du numérique. Plus tard, les paiements pourraient se faire par carte, monnaie électronique... Donc, c'est important de s'y intéresser maintenant. Il y a dix ans que ma page Facebook existait, mais je n'y vendais pas. Mais depuis trois ans, la plupart de mes clients sont en ligne et les entrées financières sont très intéressantes », relève-t-elle.

Alimata Coulibaly est directrice d'entreprise agro-alimentaire et présidente du Réseau national des agro-transformatrices de Côte d'Ivoire fort de plus de 2 00 femmes actives.« La femme a sa place à prendre dans l'histoire de la Côte d'Ivoire. Le numérique est une opportunité, une ouverture qui se présente à nous pour vendre nos produits dans les supermarchés. Notre réseau utilise à fond les réseaux sociaux pour une bonne visibilité et une bonne rentabilité. Nous avons une page WhatsApp où nous communiquons entre nous membres. Nous transformons les céréales en granulé, faisons la bouillie de mil, le fonio précuit, le ‘'dêguê'' et des farines infantiles en jus de lutte contre la malnutrition à base de cajou et de soja. Nous avons une page Facebook Business et nous avons des livreurs à notre disposition. Le numérique induit un gain de temps. Nous commercialisons à Abidjan et nous exportons au Japon, en Allemagne, en France, etc. Grâce à l'outil informatique en 2021, nous avons créé une vingtaine d'emplois pour les jeunes qui sont nos livreurs », affirme-t-elle.

En face d'Alimata Coulibaly se dresse le stand de N'Dri Ruth Takouo, transformatrice de produits locaux à base d'épices, notamment le piment. Elle a bénéficié d'une formation sur la digitalisation via la GIZ qui l'a aidée à maîtriser l'outil informatique : « Notre produit phare est le piment de San Pédro qui est recommandé aux hypertendus et aux diabétiques. En 2017, je partais vers les clients, faisais du porte-à-porte pour vendre mes produits. Mais aujourd'hui, grâce à l'outil informatique, je fais venir le client à moi. Aujourd'hui nous sommes sur Facebook, Twitter, Instagram, Tik Tok, bientôt sur YouTube. Grâce au numérique, le monde entier connaît et commande mon produit. Avec une équipe de cinq personnes actuellement, nous allons recruter beaucoup d'autres femmes. Je suis arrivée à être autonome, à aider mon mari dans les charges familiales ».

Source : CICG




Côte d'Ivoire client digital monde transport service ville lutte informatique Abidjan entreprise céréales jeunes Business Salon produits locaux femmes livre 2023 Japon France Allemagne Facebook GIZ emplois stages CICG formation ivoirien



Educarriere sur Facebook

Offres d'emploi du jour