Décès en cascade à Kpo-Kahankro : après les enfants, la maladie touche désormais les adultes, un fétiche incriminé


Le ministre de la Santé, Pierre Dimba, s'est rendu à Kpo-Kahankro pour s'imprégner des réalités sur place
  • Source: linfodrome.com
  • Date: mer. 01 fév. 2023
  • Visites: 1123
  • Commentaires: 0
La mystérieuse maladie ayant emporté 6 enfants, début décembre 2022 à Kpko-Kahankro, a refait surface et touche désormais les adultes. Un fétiche serait à la base de cette épidémie qui a fait 20 morts au total.

C'est à présent la psychose à Kpo-Kahankro, village situé à 7 kilomètres de Bouaké, sur l'axe Bouaké-Djébonoua, dans la Région du Gbêkê. L'épidémie qui a fait son apparition, début décembre 2022, dans ce village et ayant emporté 6 enfants a refait le vendredi 20 janvier 2023, avec plus de virulence. En l'espace de 12 jours, cette mystérieuse maladie a fait 14 morts, portant à 20 le nombre total de décès, depuis l'apparition de l'épidémie.

Le ministre Pierre Dimba sur les lieux

Alors que le ministre de la Santé, de l'Hygiène Publique et de la Couverture maladie universelle, Pierre N'gou Dimba, s'est rendu, le mardi 31 décembre 2023, dans ce village, après y avoir envoyé la veille son directeur de cabinet, Dr Aka Koffi Charles, pour faire l'état des lieux, Linfodrome a appris que cette maladie touche désormais les adultes.

Si la dernière apparition de la maladie a fait 14 décès, 27 personnes sont actuellement hospitalisées au Centre hospitalier universitaire de Bouaké. « Actuellement, il y a 27 malades au CHU de Bouaké. On a envoyé d'autres grandes personnes là-bas. Actuellement, la maladie touche aussi les grandes personnes », a confié le président des jeunes, Paul Kouassi, avant d'ajouter qu'elle se manifeste par des problèmes de ventre, des vomissements et la transpiration des malades.

Les villageois attribuent l'épidémie mortelle à un fétiche, qui serait propriété d'un allogène hébergé par un certain Kouadio Kouassi, natif de Kpo-kahankro. Le suspect serait en fuite et son hébergeur en garde à vue à la brigade de gendarmerie pour le protéger contre d'éventuelles représailles des villageois.

‘'Ce qui nous intéresse, au niveau de la médecine, c'est ce qui doit être fait pour que les malades que nous avons puissent être guéris mais en même temps identifier la cause pour ne pas que d'autres tombent malades''

Le ministre de la Santé n'est pas entré dans ces considérations métaphysiques. « C'est vrai qu'au village, les populations ont évoqué des causes métaphysiques, on va regarder cela. Mais nous, ce qui nous intéresse, au niveau de la médecine, c'est ce qui doit être fait pour que les malades que nous avons puissent être guéris mais en même temps ide (...)

Lire la suite sur linfodrome.com


village jeunes 2023 Pierre Dimba CHU de Bouaké Couverture maladie universelle gendarmerie




Educarriere sur Facebook