Constructions anarchiques à Cocody : Un bâtiment complètement démoli ce jeudi par les services du ministère de la Construction


Ce bâtiment de type R+3 a été complètement démoli par les services de la brigade de contrôle et d'investigation du ministère de la Construction
  • Source: linfodrome.com
  • Date: jeu. 22 avr. 2021
  • Visites: 672
  • Commentaires: 0
Dans le cadre de la lutte contre les constructions anarchiques, les services de la brigade de contrôle et d'investigation du Ministère de la Construction, du Logement et de l'Urbanisme ont procédé, ce jeudi 22 avril 2021, à la démolition complète d'un bâtiment de type R+3 sis à Anono, dans commune de Cocody.

Le ministère de la Construction, du Logement et l'Urbanisme accentue la répression contre les constructions anarchiques. Ses services de la brigade de contrôle et d'investigation ont complètement démoli, ce jeudi 22 avril 2021, un bâtiment de type R+3 à Anono, dans la commune de Cocody. Selon le chef de l'antenne de la brigade de Cocody, M. Yao N'goran, « ce bâtiment ne dispose pas de permis de construire, et lors d'une de nos missions de routine, nos agents ont découvert que les poteaux en façade présentaient des risques d'effondrement et à la suite des études approfondies faites sur le chantier, nous sommes arrivés à la conclusion, qu'il fallait démolir le bâtiment ».

Mais bien avant, a-t-il poursuivi, « nous avions demandé au maitre d'ouvrage de faire faire une expertise sur la stabilité de son bâtiment. Depuis plus de deux mois, il n'y a pas eu de réaction de sa part. Monsieur de Ministre (Bruno Nabagné Koné, Ndlr) a donc pris la décision de sauver des vies des humaines, et c'est ce qui est essentiel ici. Il s'agit, à travers cette opération, de sauver la vie de ceux qui travaillaient sur ce chantier et sur qui le bâtiment pouvait s'effondrer à tout moment et au cas échéant, la vie des personnes qui allaient habiter ce bâtiment un jour ».

Cette opération qui s'inscrit dans le cadre de la répression contre les constructions anarchiques n'est pas la première (...)

Lire la suite sur linfodrome.com


Bruno Nabagné Koné Cocody




Educarriere sur Facebook