Côte d'Ivoire : le gouvernement donne son accord pour la recomposition des commissions locales de la CEI

  • Source: APA
  • Date: mar. 28 juil. 2020
  • Visites: 1313
  • Commentaires: 0
Le gouvernement ivoirien a marqué son accord mardi à Abidjan, pour la recomposition des commissions locales de la Commission électorale indépendante ( CEI, organe électoral en Côte d'Ivoire) comme prescrit par l'arrêt du 15 juillet dernier de la Cour africaine des droits de l'homme et et des peuples dans l'affaire dite Suy Bi Gohoré Émile et autres contre la République de Côte d'Ivoire.

L'annonce a été faite par Hamed Bakayoko, le ministre d'État chargé de la défense, par ailleurs premier ministre par intérim qui a expliqué aux ambassadeurs accrédités en Côte d'Ivoire, la position du gouvernement sur cet arrêt de la Cour africaine des droits de l'homme et des peuples.

« Du point de vue de l'arrêt, à aucun moment la Cour ne demande à l'État de Côte d'Ivoire de modifier la loi sur la CEI. A aucun moment la Cour ne dit pas que la CEI centrale est déséquilibrée, à aucun moment, la Cour ne demande de refaire des élections au niveau de la CEI centrale... La CEI va organiser de nouvelles élections au niveau des CEI locales », a annoncé M. Bakayoko au corps diplomatique. 

Poursuivant, il a indiqué que le  ministre de l'administration du territoire a écrit au Parti démocratique de Côte d'Ivoire (PDCI, opposition) pour lui demander de désigner son représentant au niveau de la Commission centrale de cette institution électorale. 

« Je crois que la CEI fait ses diligences également pour que le PDCI donne ses représentants au niveau local. Ce qui devrait permettre la reprise des élections au niveau local», a ajouté le premier ministre par intérim évoquant cependant des contraintes de calendrier pour respecter la tenue de la présidentielle le 31 octobre prochain. 

« Passé un certains délai, la CEI sera obligée de tirer les conséquences de la présence ou non du PDCI », a prévenu M. Bakayoko. « Nous avons pris bonne note des propositions faites par le gouvernement pour, dans la mesure du possible, et de façon réaliste rendre possible certaines recommandations de la Cour africaine des droits de l'homme», a affirmé en retour, Philippe Poinsot, le coordonnateur résident du système des Nations-Unies en Côte d'Ivoire au nom du corps diplomatique. 

 Par ailleurs, il a souhaité des élections apaisées et transparentes en Côte d'Ivoire. Auparavant, (...)

Lire la suite sur APA


Hamed Bakayoko PDCI Commission électorale indépendante CEI Côte d'Ivoire Abidjan Nations-Unies présidentielle gouvernement élections opposition




Educarriere sur Facebook