Scandale des écoutes téléphoniques, mine clandestine : L'entourage de Wattao se fâche et livre des secrets


Issiaka Ouattara alias Wattao est au cœur d'un autre scandale (Photo d'archives)
  • Source: Soir Info
  • Date: mer. 25 nov. 2015
  • Visites: 6589
  • Commentaires: 1
Il n'y a pas de fumée sans feu. C'est du moins ce que croit savoir l'entourage du colonel Issiaka Ouattara alias Wattao, le sulfureux ex-chef de guerre de la rébellion, après la diffusion d'information lui attribuant l'appartenance d'un site d'orpaillage clandestin.

Dans le cercle de l'ex-seigneur de guerre, on pense que l'affaire de la mine clandestine, rendue publique, vendredi 20 novembre 2015, n'est qu'un nouveau développement du scandale des écoutes téléphoniques, comme l'affirmait une partie de la presse. C'est du reste ce que laisse entendre un proche du colonel Wattao, que nous avons joint par téléphone, dimanche 22 novembre 2015, suite à notre parution du samedi précédent, faisant état d'un site d'orpaillage clandestin, dont le colonel serait propriétaire. A en croire notre interlocuteur, cette affaire s'inscrit dans une stratégie visant à atteindre Guillaume Soro en nuisant à Wattao, dont on connaît les liens avec l'ex-leader de la rébellion. « On est au courant de ce qui se passe. C'est un problème compliqué qui ne date pas d'aujourd'hui », commence par dire notre interlocuteur, avant de se faire plus explicite. « Les gens se disent que Wattao étant l'homme de l'autre ( sous-entendu Guillaume Soro, ex-secrétaire général des Forces nouvelles et actuel président de l'Assemblée nationale), il faut qu'on lui nuise », lâche notre source. Et de renchérir : « Sachant les relations étroites qu'il entretient avec l'autre ( Soro), et vu l'influence qu'il a dans l'Armée, ils se disent qu'il faut créer une situation pour lui nuire. C'est pour cela que chaque fois qu'il y a une accalmie, ils sortent quelque chose d'autre pour l'accabler ». Pour notre interlocuteur, tout cela est bien orchestré. « Des gens sont financés et mis en mission pour faire ce travail », assure ce proche de Wattao. Pour étayer ses dires, il cite deux exemples : la prétendue immixtion de son patron dans le milieu des syndicats du transport, ce qui serait à l'origine des récurrentes rixes observées dans ce milieu ; et le documentaire réalisé sur le « commandant » Wattao par une télévision occidentale. S'agissant de la prétendue connexion entre l'ex-chef de guerre et les syndicats, il estime qu'elle ne tient pas la route. « Vous vous rappelez qu'on l'accusait d'être à l'origine des querelles récurrentes entre les syndicats du transport. Depuis qu'on l'a éloigné du pays, est-ce que ces syndicats n'ont pas continué à s'entre-déchirer ? », balaie-t-il du revers de la main cette accusation.

 

Pourquoi en veut-on à Wattao

 Faisant un parallèle avec l'histoire de la mine clandes (...)

Lire la suite sur Soir Info


Guillaume Soro Issiaka Ouattara Wattao orpaillage Assemblée nationale développement




Educarriere sur Facebook

Offres d'emploi du jour