Situation post-crise / Des révélations sur les exhumations manquées à Duékoué : Ce que le gouvernement veut faire des ossements humains - La piste des enquêtes écartée - Les fosses communes scellées par les Nations Unies


(Photo d'archives)
  • Source: L'Inter
  • Date: vend. 28 août 2015
  • Visites: 2236
  • Commentaires: 0
Dans le cadre de la coopération décentralisée entre l'Association pour le développement de la Coopération décentralisée (Ardecod) de Franche-Comté en France et l'Association des villes et communes de l'ancienne région des Montagnes de Côte d'Ivoire (Avicomci), le maire de la commune de Duekoué, Taï Glaou Jean, est en ce moment en France avec ses pairs de l'Avicomci.

Profitant de ce voyage, il a échangé avec les fils et cadres de sa région résidant en Europe. Une rencontre a eu lieu le dimanche 23 août dernier, à Paris. A cette occasion, le premier magistrat de Duékoué a donné à la centaine de ''parents'' présents, des « nouvelles du village ». L'un des points saillants ayant marqué ces échanges fut l'opération manquée d'exhumation de corps des victimes de la crise post-électorale à la fin du mois de juillet dernier.

Sur la question, le maire Glaou Jean a fait savoir que l'objectif visé par le gouvernement était de rendre hommage à ces victimes. Une façon pour les dirigeants ivoiriens de réparer le tort causé aux populations de ce département qui a vécu le martyr lors des dernières crises. « L'Etat ivoirien reconnaît qu'il y a eu des problèmes dans la région et répare son tort »,a expliqué l'élu local, pour qui cette opération répond à des questions d'hygiène et de santé. « Quand on jette les corps dans les puits, l'eau s'empoisonne, et c'est toute la nappe phréatique qui est touchée. Il faut donc accepter les exhumations pour faire le curage des puits afin de les nettoyer », a-t-il dit.

A propos de ce qu'il était prévu de faire des ossements exhumés, le maire a soutenu qu'ils devraient être empaquetés dans des sachets et conservés dans des conteneurs réfrigérés jusqu'à ce qu'un mausolée soit construit. « On a demandé à la mairie de trouver un espace qui va abriter un mausolée, où une stèle qui portera le nom de toutes les victimes sera érigée.  On va créer un autre espace où les corps non entamés seront enterrés », révélera-t-il. Le maire Glaou Jean a affirmé que tout cela « vise à rendre hommage et à rendre leur dignité à ces personnes innocentes tuées dans la guerre ». En clair, ces exhumations n'avaient pas été envisagées à des fins d'enquêtes, puisque, dira le maire Taï Glahou Jean, « il n'y a pas de banque d'Adn en Côte d'Ivoire. Donc, à partir des os, on ne peut pas identifier les parents »

Au total, ce sont plus (...)

Lire la suite sur L'Inter


Côte d'Ivoire Duekoué Duékoué France Paris Europe gouvernement ivoiriens développement




Educarriere sur Facebook