Avant le 12è congrès du PDCI-RDA : Les 2 problèmes qui coincent Bédié

  • Source: L'Inter
  • Date: mar. 01 oct. 2013
  • Visites: 2796
  • Commentaires: 2
Dans 72h, s'ouvre le 12è congrès ordinaire du Pdci-Rda. Et s'il y a une personnalité qui focalise toutes les attentions à l'ouverture de cette échéance capitale, c'est bien le président de ce parti, Henri Konan Bédié. Agé de 79 ans, l'ancien chef de l'État, qui tient les rênes de l'ex-parti au pouvoir depuis bientôt 20 ans, a décidé de rempiler à la tête de son parti, là où l'alinéa 2 de l'article 35 des Statuts l'en empêche ouvertement.

En effet, cet alinéa 2 relatif à la clause d'âge interdit à tout cadre du Pdci-Rda, candidat à la présidence de ce parti, d'être âgé de moins de 40 ans et de plus de 75 ans. Introduit dans les dispositions statutaires et réglementaires à la faveur de la modernisation du parti au 11è congrès d'avril 2002 par le président Bédié lui-même, cet alinéa l'empêche de rempiler tranquillement. Du coup, dans sa volonté de garder son fauteuil, le président du Pdci-Rda est aujourd'hui traité d'antidémocrate par ceux qui l'accusent de vouloir contourner des dispositions qu'il a lui-même librement introduites dans les textes de son parti.

Que s'est-il donc passé pour que le président Henri Konan Bédié, démocrate dans l'âme, ait décidé de rempiler malgré les contritions contenues dans les textes de son parti ? Cette question est d'autant plus importante que l'ex-chef d'État n'a pas décidé tout de go de rempiler à la tête du Pdci-Rda. « On lui demande de respecter les textes que le parti s'est librement donné, et surtout de respecter les dispositions statutaires qu'il a lui-même librement introduites dans les textes du parti au congrès de 2002 », lâchent ses détracteurs. Qu'à cela ne tienne !

A la vérité, le président du Pdci-Rda est dans une posture plus que difficile. Deux grandes équations le coincent grandement, même s'il ne communique pas ouvertement là-dessus. La première est d'ordre interne.

En effet, en interne, le président du Pdci-Rda n'a pas de ''successeur'' affiché, comme il l'était, lui, avec feu le président Félix Houphouët-Boigny au début des années 1980. Il l'a reconnu lui-même dans une interview accordée à la presse étrangère. « Je cherche un successeur », avait-il concédé. Si Bédié part maintenant, quel Pdci-Rda laisse-t-il et à qui ? Voilà la question obsédante qui le taraude depuis quelque temps. Sur les quelque 10 vice-présidents qu'il s'est choisis, lequel est le plus apte à lui succéder? Son Secrétaire général, aujourd'hui candidat déclaré contre lui, est-il en posture de prendre le contrôle et conduire sereinement l'appareil du parti ? Des questions quelque peu sans réponses pour l'heure.

Le président du Pdci-Rda a donc décidé de se donner un peu de temps, ce temps ; qui lui fait si grandement défaut, pour tenter de résoudre l'équation de sa succession en trouvant la formule et les hommes idoines.

Des oppositions partout

En interne, cette posture rencontre beaucoup d'hostilités, voire de solides inimitiés. En effet, une certaine frange de cadres développe l'idée que le président Bédié, ne voyant pas la ''succession par capacité'' se mettr (...)

Lire la suite sur L'Inter


Félix Houphouët-Boigny Henri Konan Bédié Pdci candidat opposition



Educarriere sur Facebook