Demande de libération des pro-Soro : Les dessous de la requête du cardinal Kutwa au président Ouattara


Jean Pierre Cardinal Kutwa, archevèque métropolitain d'Abidjan.
  • Source: linfodrome.com
  • Date: mer. 08 janv. 2020
  • Visites: 2401
  • Commentaires: 0
La requête a fait l'effet d'une petite bombe dans la grande salle de la cathédrale Saint Paul d'Abidjan ce lundi 30 décembre 2019. Même si elle a arraché des applaudissements nourris, elle n'aura pas manqué d'interloquer plus d'un, tant la demande, pour le moins frontale, de Jean Pierre Cardinal Kutwa, archevêque métropolitain d'Abidjan, paraissait osée.

Il est en effet un peu plus de 19h lorsque dans son homélie de passage de 2019 à 2020, chef de l'église catholique de Côte d'Ivoire lance cet appel au président Alassane Ouattara, présent à cette messe de la paix. « La paix que nous recherchons est également chemin de réconciliation dans la communion fraternelle. Au nom donc de cette réconciliation, je demande humblement à vous, M. le président de la République, vous qui détenez le pouvoir de la grâce présidentielle, de bien vouloir accepter de faire sortir du cachot tous ceux qui ont été arrêtés, suite aux derniers événements que connaît notre pays. Comme dit le Pape, l'on obtient autant qu'on espère. Je prie Dieu, qu'ensemble nous aspirions de toutes nos forces à la paix et Dieu nous l'accordera », peut-on lire dans l'avant-dernier paragraphe de son message.

Nous étions le 30 décembre, et les derniers événements qui ont conduit à des mises au cachot, sont ceux relatifs au retour manqué de Soro le lundi 23 décembre. Alors qu'il est lui-même accusé d'atteinte à la sûreté de l'État, plusieurs cadres du mouvement politique de l'ancien président de l'Assemblée nationale ivoirienne, dont des députés de la nation, sont soupçonnés de trouble à l'ordre public. Ils sont en ce moment en prison. L'appel du cardinal, une semaine après, concernait justement ces événements. Le ton courtois et très révérencieux, empreint de l'orthodoxie catholique, n'enlève rien cependant au caractère direct de la demande.

Le large écho fait de la requête de Jean Pierre Cardinal Kutwa le lendemain par la presse, témoigne d'ailleurs de son impact sur le processus politique actuel. Lequel ne laisse pas grande place, pour l'heure, à la sérénité et la quiétude. L'église catholique de Côte d'Ivoire l'a compris ainsi. Elle est d'ailleurs habituée à faire connaître sa position sur les questions brûlantes de l'actualité. Pour ce dernier appel de 2019 à l'endroit du chef de l'État, et qui n'a pas encore reçu de réponse, le message du Cardinal, selon des sources proches de l'église, aurait fait l'objet de tractations et subi quelques changements de dernière minute visant à l'adapter au contexte du moment.

L'intervention des prêtres. Ces sources indiquent en effet que l'homélie du chef de l'église catholique pour ce 30 décembre est quasiment achevée, lorsque surviennent les événements du 23 décembre, notamment l'accusation d'atteinte à la sûreté de l'État, assortie d'un mandat d'arrêt international contre Guillaume Soro. Fallait-il les prendre en compte ou non ? La q (...)

Lire la suite sur linfodrome.com


Alassane Ouattara Guillaume Soro Cardinal Kutwa Côte d'Ivoire Abidjan grâce présidentielle réconciliation mandat d'arrêt international Assemblée nationale




Educarriere sur Facebook

Offres d'emploi du jour