Guillaume Soro mène l'offensive à outrance : « Voir M. Ouattara, parrain de la rébellion de 2002, m'accuser aujourd'hui de déstabilisation est une belle ironie de l'Histoire »
« En 2017, M. Ouattara a tenté de m'espionner par le truchement d'un homme d'affaires sulfureux »
« Il instrumentalise simplement la justice pour écarter un candidat sérieux à l'élection présidentielle »

  • Source: linfodrome.com
  • Date: dim. 29 déc. 2019
  • Visites: 4698
  • Commentaires: 1
On n'arrête plus le président de Générations et peuples solidaires (GPS), Guillaume Kigbafori Soro. Depuis qu'il est visé par un mandat d'arrêt international émis par les autorités ivoiriennes, il a décidé de parler. Dans une interview accordée à l'hebdomadaire français, Le Journal du dimanche (JDD), il accuse le chef de l'Etat, Alassane Ouattara, d'avoir parrainé la rébellion ivoirienne de 2002.

Après votre retour manqué en Côte d'Ivoire, allez-vous rester en France ?

Oui, puisque le président Ouattara m'interdit de rentrer dans mon pays. Le mandat me visant n'est pas fondé sur le droit

Vous vous placez donc sous la protection des autorités françaises ?

Je dispose d'un visa normal et n'ai demandé aucune assistance particulière à Paris.

Un mandat d'arrêt international a été émis contre vous. Vous ne craignez pas d'être interpellé ?

Ce mandat n'est pas fondé sur le droit, mais simplement fait pour empêcher un candidat d'accéder à la tête de son pays. Il ne peut donc opérer puisqu'il est politique. La plupart des pays européens qui défendent les droits de l'homme refusent d'ailleurs d'appliquer ce genre de mandat.

Que s'est-il passé lors de votre retour avorté en Côte d'Ivoire ?

Après m'être déclaré candidat en octobre, j'avais décidé de me rendre le 23 décembre à Abidjan pour lancer ma campagne. Nous étions dans l'avion lorsque le pilote est arrivé dans la cabine : une tour de contrôle au Niger venait de l'avertir qu'il était périlleux d'atterrir à l'aéroport d'Abidjan, où il y avait un déploiement anormal de forces de l'ordre. J'ai insisté mais le pilote m'a répondu "pas question !", d'autant qu'un assaut contre l'appareil était possible.

Pourtant vous saviez que ce voyage allait être périlleux. La veille, vous aviez déjà renoncé à atterrir à Abidjan. Avez-vous négocié ce déplacement avec les autorités ivoiriennes, notamment le président Ouattara ?

Je n'ai jamais eu de conversation avec M. Ouattara. Le 22 décembre, je devais effectivement me rendre à Abidjan. Mais j'ai été contacté par une personne qui souhaitait que le voyage n'interfère pas avec la visite d'Emmanuel Macron en Côte d'Ivoire. Ce monsieur s'appelle Pierre Fakhoury [architecte et entrepreneur proche du pouvoir ivoirien].

"Je suis choqué que l'opinion française ne réagisse pas. Cette visite de Macron en Côte d'Ivoire, c'est Bouygues qui l'a organisée."

Pourquoi prendre cet appel de Pierre Fakhoury au sérieux ? Parlait-il au nom des autorités françaises ?

Il prétend y avoir ses entrées. Et c'est un grand ami d'Alassane Ouattara. Donc, après qu'il m'a dit que mon arrivée pouvait nuire à la visite de Macron, j'ai accepté de différer ce déplacement de vingt-quatre heures. À ce propos, je suis quand même surpris que le président français se soit rendu en Côte d'Ivoire, qu'il y ait fêté son anniversaire et qu'il n'ait pas eu la capacité de dire à ses hôtes qu'il était important de respecter la démocratie en Afrique. Nous espérions qu'un président comme lui aurait le courage et la maturité de le faire.

Avez-vous eu des contacts directs avec l'Élysée avant votre départ ?

Je n'ai aucun contact avec l'Élysée. Lors du séjour de Macron en Côte d'Ivoire, des fonctionnaires du Quai d'Orsay ont reçu les partis politiques de l'opposition, mais c'était juste pour sauver la face. J'ai entendu le président Macron parler d'un sentiment antifrançais dans les ex-colonies. C'est faux ! Mais quand un dirigeant comme lui s'affiche avec des septuagénaires honnis par leur peuple, que peut-il attendre des jeunes générations africaines ? Avez-vous vu ces images ridicules où le vice-président de la Côte d'Ivoire, un homme de 76 ans, lui chante "joyeux anniversaire" ? C'est une honte.

Êtes-vous déçu de l'attitude d'Emmanuel Macron ?

Je suis surtout choqué et horrifié par celle de M. Ouattara, que l'on présente encore comme un homme polic&eacu (...)

Lire la suite sur linfodrome.com


Alassane Ouattara Soro Emmanuel Macron GPS Côte d'Ivoire Abidjan France Paris Afrique candidat mandat d'arrêt international opposition fonctionnaires




Educarriere sur Facebook