Risque pays 2019 : La Côte d'Ivoire obtient 6,1 sur 10


Stanislas Zézé, PDG de l'agence Bloomfield Investment.
  • Source: fratmat.info
  • Date: mar. 23 avr. 2019
  • Visites: 1072
  • Commentaires: 0
L'agence de notation Bloomfield Investment retient les bonnes performances macro-économiques et s'attarde sur l'environnement politique à un peu plus d'un an de la prochaine présidentielle.

« Tout le monde est d'accord sur les performances de l'économie ivoirienne », lance un diplomate accrédité en Côte d'Ivoire dans une salle de la patinoire du Sofitel Abidjan Hôtel Ivoire pleine de hauts cadres de l'administration et du secteur privé national et international venus prendre part à la conférence sur le risque pays organisée jeudi dernier par l'agence de notation Bloomfield Investment.

Pour la troisième année consécutive, l'agence fondée et dirigée par l'Ivoirien Stanislas Zézé, a évalué le risque pays Côte d'Ivoire, l'édition 2019 revêtant un caractère particulier en raison de la proximité de l'échéance économique et politique de 2020.

Le rapport, produit par le département Bloomfield Intelligence de l'agence, est une évaluation du risque pays Côte d'Ivoire à travers notamment, l'analyse des performances économiques, des finances publiques, du système financier et du risque socio-politique.

L'objectif à travers cette étude est d'établir une cartographie du risque pays de la Côte d'Ivoire, mettant en relief ses atouts, ses opportunités et faiblesses afin d'éclairer au mieux les décisions d'investissement et de politiques de développement, peut-on lire en exergue de ce document. Concrètement, l'étude retient cinq paramètres: climat des affaires, performances macro-économiques, gestion des finances publiques, solidité du système financier, et risque socio-politique, et attribue à chacun d'eux une note allant de 1 à 10 (performance la plus élevée) afin de déterminer une note globale. Sur l'échelle de notation de Bloomfield, la notation n'a pas varié par rapport à 2017. Elle s'établit en effet à 6,1/10, avec des perspectives à court et à long terme stables.

Climat des affaires. 

Sur ce paramètre, la Côte d'Ivoire affiche une progression (6,5 contre 6 l'année dernière). La Côte d'Ivoire, indique le rapport, fait à nouveau partie des 10 pays les plus réformateurs, dans l'édition 2019 du Doing Business. Cette position résulte de la poursuite des réformes dans le cadre de l'amélioration de l'environnement des affaires.

Le climat des affaires a été également renforcé par l'élaboration du nouveau code des investissements dont les retombées devraient contribuer au développement des régions, de secteurs clés et à la mise en valeur du contenu local, souligne le document. 

S'agissant des performances macroéconomiques, Bloomfield fait savoir que l'économie ivoirienne demeure dynamique avec un taux de croissance estimé à 7,4% en 2018. Cette croissance a été tirée par l'ensemble des secteurs d'activité. Toutefois, tempèrent les économistes de l'agence, « le changement structurel voulu par le gouvernement ivoirien n'est pas encore perceptible, malgré de nombreuses initiatives ».

Gestion des finances publiques.

Sur ce chapitre, le Gouvernement a fait preuve de flexibilité à la suite des critiques du secteur privé relativement à l'annexe fiscale 2018, estime l'agence pour qui cette flexibilité s'est également traduite par une annexe fiscale 2019 plus consensuelle. « L'exercice budgétaire 2018 a été marqué par un déficit en baisse qui confirme la volonté de l'Etat ivoirien de se conformer aux critères de convergence de l'Uemoa », peut-on lire.

Concernant le paramètre solidité du système financier, le rapport souligne que « le taux d'inflation est demeuré faible en 2018, en dessous de la norme communautaire de 3 %. Le secteur bancaire a poursuivi son dynamisme, avec une hausse significative des nouveaux crédits octroyés. Par ailleurs, la tendance généralisée à la baisse des cours des actions sur la Brvm s'est maintenue en 2018. Toutefois, les actions en vue de son attractivité se sont poursuivies ».

Sur le risque sociopolitique, le commentaire de Bloomfield partagé au public présent est le suivant : « La faible redistribution de la richesse créée reste une problématique majeure en Côte d'Ivoire. Les solutions proposées par l'Etat n'ont pas pour le moment eu d'effet sign (...)

Lire la suite sur fratmat.info


Côte d'Ivoire Abidjan Doing Business Uemoa présidentielle Gouvernement