Mairie de Bassam / Georges Ezaley persiste et signe : ''On nous a volés''


Le maire sortant de Grand-Bassam, Georges Ezaley (au micro), compte continuer ses actions en faveur des populations.
  • Source: linfodrome.com
  • Date: mer. 30 janv. 2019
  • Visites: 797
  • Commentaires: 0
Le vice-président du Pdci-Rda, candidat à la dernière élection municipale à Grand-Bassam, Georges Philippe Ezaley, s'est adressé aux militants Pdci, dimanche 27 janvier 2019, à sa résidence à Grand-Bassam.

«Vous m’avez mis en mission et vous avez été avec moi jusqu’au bout. Et il fallait que je vous dise merci. J’ai senti que vous vous êtes mobilisés, vous avez fait votre devoir de militants,bravo et félicitations » a-t-il dit. Avant d'ajouter « J’ai reçu hier mon équipe de campagne et les conseillers de ma liste. C’est un bon groupe, une belle équipe qui n’a pas perdu les élections. On nous a volés. Nous avons arrêté des stratégies pour continuer à être aux côtés des populations qui vont être dévoilées bientôt. On ne va pas vous laisser, on va continuer de vous aider, on va continuer d’être avec vous ».

Pour Ezaley, les choses seront comme avant. « Vous allez me sentir maintenant. Avec mon équipe, on va continuer de faire des choses pour le développement de Grand-Bassam. On avait une vision, on ne va pas laisser cela comme ça. Ce que je faisais pour les veuves, les déshérités, les emplois que je trouvais pour les jeunes, je vais continuer toujours », a-t-il rassuré. Aussi, a-t-il demandé aux militants de ne pas céder au découragement. « Vous avez travaillé, on a gagné l’élection, on nous a volés. On a perdu un combat, on n’a pas perdu la bataille. La vraie bataille, c’est en 2020. Grand-Bassam a été un laboratoire pour ces élections passées, inversion de résultats de votes avec des PV de toute une circonscription qui ne sont pas communiqués à la Cei centrale par une superviseure, braquages, casses d’urnes…. exclusions de plus de 6 000 électeurs ».

Il fallait, a-t-il poursuivi, « laisser jouer la démocratie et la sincérité du vote. Forcément avec la reprise, les 2600 voix du premier tour allaient changer les résultats dans un sens ou dans l’autre » a-t-il déploré tout en témoignant son respect pour les Institutions de son pays en tant que piliers qui doivent consolider la nation. Il a souligné aussi son manque de confiance totale au vu des événements de Bassam. A l'endroit des populations dont le vote n’a pas été pris en compte, il s’est voulu compatissant et rassurant. « Je voudrais saluer les frères et sœurs dont on a jeté les voix au dehors. "Yako"… aujourd’hui, ils sont devenus des sans voix… ».

Lire aussi: 

Au passage, le délégué Pdci a dénoncé l’attitude de certains responsables coutumiers qui sont restés totalement muets face à la marg (...)

Lire la suite sur linfodrome.com



Offres d'emploi du jour

Magazine

Educarriere sur Facebook