X

Présidentielles 2020 : Dans la tête de Bédié, Gbagbo et Ouattara

  • Source: linfodrome.com
  • Date: mer. 12 sept. 2018
  • Visites: 986
  • Commentaires: 0
Ce serait parier à perte à 100 % que de dire qu'ils n'y pensent pas chaque matin en se rasant.

A moins de deux ans des prochaines élections présidentielles prévues le dernier samedi du mois d’octobre 2020, Henri Konan Bédié, Laurent Gbagbo et Alassane Ouattara ne pensent qu’à cette échéance. Cela est d’autant plus probable que leurs différents états-majors ne manquent pas de stratégies pour faire admettre leurs candidatures à ces élections. Au Parti démocratique de Côte d’Ivoire (Pdci), celle de son leader, Konan Bédié, n’est pas de l’ordre de l’impossible.

Même si le concerné lui-même n’en parle jamais de façon publique, des indiscrétions foisonnent qui indiquent qu’en privé, il mûrit l’idée avec beaucoup de sérieux. Des cadres et militants du Pdci sont d’ailleurs favorables à cette candidature de Bédié qui, à 84 ans, n’est pas frappé par la limite d’âge, selon la Constitution de la IIIè République. « Nous avons dit, au Pdci, qu'il faut, pour 2020, un militant actif. Or, un parti ne confie pas sa direction à un militant non actif. Et puisqu'on a confié la direction du Pdci au président Henri Konan Bédié, je considère qu'il sera notre candidat en 2020 », fait valoir, avec insistance, le ministre Gnamien Yao, grand conférencier du Pdci.

A relire: Présidentielle 2020/ L’appel de Ouattara à Bédié : «N’ayons pas peur de passer le témoin»

Au cours de son 4e congrès tenu début août 2018, le camp Sangaré, l’autre fraction du Front populaire ivoirien (Fpi), plébiscitait, avec un score de plus de 97 %, le prisonnier Laurent Gbagbo comme son président, voire son potentiel candidat à l’élection présidentielle. Sangaré et ses hommes, dopés par la sortie de prison de Simone Gbagbo et des autres pontes du Fpi, croient mordicus en la libération de l’ancien président ivoirien et au retour de son parti au pouvoir, avec lui en tête. Ils y travaillent.

Au Rassemblement des républicains (Rdr), l’idée d’un autre mandat du président Ouattara à la tête du pays n’est absolument pas un sujet tabou. Certes, le président sortant a annoncé son retrait au profit d’une nouvelle génération de dirigeants, mais à condition que l’environnement politique au lendemain de sa retraite soit pacifié. « La nouvelle Constitution m’autorise à faire deux mandats à partir de 2020. Je ne prendrai ma décision définitive qu’à ce moment-là, en fonction de la situation de la Côte d’Ivoire. La stabilité et la paix passent avant tout, y compris avant mes principes », lâche l’actuel locataire du Palais d’Abidjan, dans une interview accordée à Jeune Afrique, le 03 juin 2018.

Contentieux non vidé. Les jeux restent donc ouverts pour ces trois dinosaures de la jungle politique ivoirienne. Chacun d’eux revendique le meilleur profil recherché par le peuple de Côte d’Ivoire. Ils ont en commun une sorte de vieux contentieux non vidé, de revanche à prendre sur l’histoire, surtout avec les scrutins présidentiels qui se sont déroulés en Côte d’Ivoire pendant ces deux dernières décennies. Il se passe immanquablement des choses, différentes les unes des autres, dans la tête de chacun de ces trois leaders qui ont cristallisé – certains diront pris en otage - la vie politique ivoirienne pendant deux décades.

A en croire des sources bien informées, Bédié ressentirait encore le goût très amer du coup d’État du 24 décembre 1999 qui l’a déchu prématurément du pouvoir. Alors en pleine implémentation des 12 chantiers de l’Éléphant d’Afrique, son programme de gouvernement, il est brutalement interrompu. Un cadeau de noël dont le v (...)

Lire la suite sur linfodrome.com



Offres d'emploi du jour

Educarriere sur Facebook