Crise post-électorale : Le gouvernement se prononce sur l'inculpation des ex-chefs de guerre

  • Source: linfodrome.com
  • Date: sam. 12 mai 2018
  • Visites: 1111
  • Commentaires: 0
Le gouvernement ivoirien a évoqué, mercredi (9 mai 2018), “une présomption d'innocence” au sujet d'ex-chefs rebelles proches du président ivoirien Alassane Ouattara inculpés pour des crimes commis pendant la crise post-électorale de 2010 à 2011.

« Il y a quand même une présomption d’innocence qui existe, au nom de cette présomption d’innocence, on devait aborder cette question avec retenue. Il faut permettre à la justice de faire toutes les enquêtes nécessaires, et à terme, on pourra tirer les conclusions », a réagi la porte-parole adjointe du gouvernement ivoirien, Anne Ouloto, lors de la traditionnelle conférence de presse après un conseil des ministres.

En 2015, la Cellule spéciale d’enquête et d’instruction (Csei) a inculpé des responsables militaires proches de M. Ouattara, dont Chérif Ousmane, Losseni Fofana, dit “Loss”, qui occupent des postes de responsabilité au sein de l’armée ivoirienne, et des civils, pour des crimes commis pendant la crise post-électorale de novembre 2010 à avril 2011, qui a fait officiellement plus de 3.000 morts.

Mardi, dix organisations de défense des droits humains, dont la Fédération internationale des ligues des droits de l’Homme (Fidh) ont déploré le fait qu’”aucun” de ces militaires inculpées “n’a été jugé jusqu’à présent”. Pour ces organisations, “les victimes sont de plus en plus animées par l’idée que le gouvernement ivoirien, et le président Ouattar (...)

Lire la suite sur linfodrome.com



Offres d'emploi du jour

Educarriere sur Facebook