Invités à un débat : Francis Wodié parle encore de la Constitution et critique le viol des règles par des dirigeants


Pour Francis, il y a une culture juridique et politique à inculquer aux citoyens pour qu’ils soient des acteurs de droit.
  • Source: linfodrome.com
  • Date: vend. 30 mars 2018
  • Visites: 1486
  • Commentaires: 0

Le Pr Francis Wodié était hier, mercredi 28 mars 2018, face aux étudiants de l’Université méthodiste de Côte d’Ivoire (Umeci) à Cocody. Invité par l’Association des étudiants juristes de Côte d’Ivoire, section de l’Umeci, à se prononcer sur la Constitution ivoirienne du 8 novembre 2016, l’ex-président du Conseil constitutionnel a préféré parler des problèmes liés au respect, à l’utilité, au mode d’élaboration, et à l’application de la Constitution.

Conscient de la controverse suscitée par sa dernière sortie dans la presse, c’est un Francis Wodié très sobre qui a décidé de rester circonspect et abstrait dans les notions de droit constitutionnel qu’il a partagées avec les étudiants. Tout en se limitant aux considérations d'ordre général sur le sujet, le conférencier a mis un accent particulier sur le respect de la Constitution, présentée comme la norme supérieure. « Dans un Etat de droit, il y a une superposition des normes. La Constitution étant la norme supérieure, il y a obligation pour tous les organes constitués, pour tous les pouvoirs constitués, (exécutif, législatif, judiciaire) de respecter les dispositions de la Constitution et de les appliquer », a-t-il indiqué. Puis d’ajouter qu’il appartient à ceux qui considèrent que certaines dispositions inférieures ne sont pas conformes à la loi fondamentale, d’emprunter les voies ouvertes par la Constitution pour obtenir un redressement. « Pour que, au sein de l’Etat, la Constitution demeure l’acte suprême auquel nous sommes tous soumis », a-t-il fait observer.

Des dirigeants qui violent les règles. A la question de savoir pourquoi des dirigeants révisent les Constitutions à leur guise, selon leurs intérêts et sans sanction, Francis Wodié a esquissé une réponse qui a surpris plus d’un. « Moi, je n’en connais pas. Si j’en connaissais un, je l’aurais rappelé à l’ordre. (…) Nos dirigeants ne violent pas impunément les règles, je n’y crois pas », a-t-il commencé, avant de se reprendre par la suite. « Il y a des dirigeants qui ont tendance à violer les règles établies », dira-t-il, non sans expliquer les raisons qui sous-tendent cette tendance à violer les règles établies dans la société. « Ces dirigeants seront portés à violer les règles s’ils savent qu’ils peuvent violer ces règles sans réaction au plan juridique, c’est-à-dire sans que ceux qui ont le droit d’introduire des recours n’en usent, et sans réaction au plan politique ». Touchant aux confins du droit et du politique, le fondateur du Parti ivoirien des travailleurs (Pit) a estim (...)

Lire la suite sur linfodrome.com



Appels d'offres

    Aucun document en téléchargement.

Voir tous les documents

Educarriere sur Facebook