Législatives 2016 :Pourquoi Soro négocie le poste de président de l'Assemblée nationale

  • Source: L'Inter
  • Date: sam. 17 déc. 2016
  • Visites: 3428
  • Commentaires: 0
Guillaume Soro est candidat pour le poste de président de l'Assemblée nationale. Député sortant de Ferké commune, au nord de la Côte d'Ivoire, et candidat à sa propre succession, Soro veut rempiler à la tête du Parlement ivoirien, qu'il connaît si bien pour l'avoir dirigé de 2011 à 2016.

« Une fois réélu, j'irai voir mes doyens Alassane Ouattara et Henri Konan Bédié pour leur montrer que vous m'avez renouvelé votre confiance afin de postuler de nouveau pour le perchoir », lâchait-il, le mardi 12 décembre 2016, dans une conférence de presse animée à Ferké. Soro négocierait sa reconduction qu'il ne s'y prendrait pas autrement. A défaut d'être vice-président, il préfère rester président de l'Assemblée nationale. D'où le lobbying auprès du président de la République, Alassane Ouattara, et son aîné, Henri Konan Bédié pour être maintenu à son poste. En effet, dans la nouvelle Constitution, il est prévu notamment la création d'un Sénat et d'un poste de vice-président. Se sachant écarté d'office de la Vice-présidence de la République (il l'a confessé mardi), l'ex-Premier ministre de Ouattara s'accroche à la Présidence de l'Assemblée nationale. Il sait qu'en politique, rien n'est acquis d'avance. Et il en a eu la preuve lors du choix des candidats pour les postes de députés. En effet, au Rassemblement des houphouétistes pour la démocratie et la paix (Rhdp), coalition politique dont est issu Soro, des députés sortants n'ont pas été reconduits, quand d'autres se sont vu attribuer des postes de suppléants.

Avec Ouattara et Bédié, il faut être prudent, sait-on jamais ! C'est pourquoi le chef du Parlement sortant affiche ses ambitions pour couper l'herbe sous les pieds de ceux qui ont les mêmes objectifs que lui. Mais, la véritable raison qui motive le natif de Kofiplé à vouloir rester en place réside dans sa volonté de peser dans le jeu politique ivoirien. Étant donné que la nouvelle Constitution affirme la primauté de l'Assemblée nationale sur le Sénat, Guillaume Soro est sûr d'être on ne peut plus puissant à la prochaine législature. De plus, le perchoir du Parlement lui permettra de consolider ses contacts et ses relations, en attendant les grandes batailles en 2020. Car, en politique, le plus difficile, ce n'est pas d'y entrer, mais de s'y maintenir. Mieux, de gravir les échelons jusqu'à l'atteinte de ses objectifs. Soro a gravi les échelons. De chef du plus puissant syndicat estudiantin, la Fesci (Fédération estudiantine et scolaire de Côte d'Ivoire, ndlr), il a dirigé une rébellion armée, avant d'être ministre, ministre d'État, Premier ministre et finalement président de l'Assemblée nationale. Même s'il élude la question à chaque fois qu'elle lui est posée, l'homme vise le fauteuil présidentiel. Mais, pour y être, il doit être influent dans le jeu politique, et le poste de chef du Parlement lui donne cette (...)

Lire la suite sur L'Inter


Henri Konan Bédié Alassane Ouattara Guillaume Soro Rhdp Fesci Rassemblement Côte d'Ivoire candidats Assemblée nationale Sénat Constitution




Educarriere sur Facebook

Offres d'emploi du jour

Appels d'offres

    Aucun appel d'offre en cours.

Voir tous les appels d'offre