Education, Santé, cherté de la vie... : Les dossiers qui attendent Ouattara


Le président Alassane Ouattara, réélu pour 5 ans, devra faire face à ces défis (Photo d'archives)
  • Source: L'Inter
  • Date: sam. 31 oct. 2015
  • Visites: 1343
  • Commentaires: 0
Après les élections, retour aux réalités du pays. Le président réélu, Alassane Ouattara, devra se pencher sur certains dossiers et accélérer leur traitement afin que son objectif de faire de la Côte d'Ivoire un pays émergent puisse connaître sa pleine réalisation d'ici à 2020.

Le nouveau président de la République de Côte d'Ivoire est connu. Il s'agit d'Alassane Ouattara. Il est sorti vainqueur du scrutin du dimanche 25 octobre dernier, en obtenant 83,66 % des suffrages exprimés. Pour ce second mandat, Alassane Ouattara a promis de faire en sorte que ses concitoyens ressentent un peu plus les effets de la croissance économique qui tourne autour de 9 %. Il s'engage à poursuivre les chantiers entamés dans tous les secteurs d'activités. De nombreux dossiers, à cet effet, l'attendent. 

 

Education/Formation

Dans le secteur Education/Formation, de nombreux problèmes restent en suspend. Les syndicats d'enseignants de ce secteur réclament toujours l'ouverture des discussions en vue d'apporter des solutions durables à leurs revendications, dont la plus importante est, sans contexte, l'apurement du stock des arriérés liés au profil de carrière de 2009. On estime à plus de 200 milliards de Fcfa, le montant de ces arriérés. Autre revendication, c'est la levée de la suspension des précomptes à la solde. Cette mesure prise par le gouvernement, il y a deux ans environ, asphyxie financièrement les organisations syndicales. D'autres revendications telles que l'intégration des 97 ex-enseignants contractuels, l'affectation des Adjoints aux chefs d'établissements (Ace) admis au concours de 2011, l'annulation pure et simple des mutations des leaders syndicaux, sont également inscrits dans le cahier des revendications des syndicats d'enseignants. 

 

Enseignement supérieur 

Les travaux de réhabilitation et de construction des universités et grandes écoles publiques de Côte d'Ivoire, réalisés dans le cadre du départ nouveau de l'enseignement supérieur, ont laissé place à de grosses désillusions. Ces universités et grandes écoles publiques nouvelles devraient non seulement présenter un bien meilleur visage, mais devraient aussi être équipées  de matériels de pointe pour permettre aux étudiants de travailler en toute sérénité. Mais, la réalité est tout autre, les équipements et autres matériels pour les laboratoires et salles de travaux pratiques (Tp) ne sont toujours pas disponibles. Difficile donc de faire des expériences. Les étudiants, notamment ceux des Ufr scientifiques (médecine, pharmacie, odonto-stomatologie…), reçoivent une formation livresque là où ils doivent en principe mener des expériences et faire des découvertes.  Par ailleurs, le Wifi est resté un vœu pieux sur les différents campus. Pourtant, ces travaux de réhabilitation et de construction ont coûté à l'État dit-on la bagatelle de plus de 140 milliards de Fcfa. Certaines résidences universitaires attendent toujours leur réhabilitation. Le président, qui a le souci d'avoir une jeunesse bien formée, doit se saisir de toutes ces questions.

 

Santé 

(...)

Lire la suite sur L'Inter


Alassane Ouattara Côte d'Ivoire concours gouvernement enseignants contractuels élections



Educarriere sur Facebook

Offres d'emploi du jour