Présidentielle 2015 / Mamadou Koulibaly depuis Yamoussoukro : « Les 100 millions offerts de Ouattara, c'est un acte de détournement » - « Pas d'élection si les conditions ne changent pas »


(Photo d'archives)
  • Source: L'Inter
  • Date: mar. 06 oct. 2015
  • Visites: 4690
  • Commentaires: 0
Le président de Liberté et démocratie pour la République (Lider), Mamadou Koulibaly, lors d'une rencontre qu'il a eue avec ses partisans à Yamoussoukro, samedi dernier, s'est prononcé sur le financement exceptionnel accordé par le chef de l'État depuis vendredi dernier, à chaque candidat à l'élection présidentielle.

L'ex-président de l'Assemblée nationale a vertement dénoncé un acte de détournement, en parlant de la manière dont cet argent a été attribué. « Pour le financement, la loi prévoit une enveloppe qui est partagée en part équitable, mais le président ne peut pas donner 100 millions quand on ne sait pas le contenu de l'enveloppe. C'est un acte de détournement de fonds. D'ailleurs, ce n'est pas à lui de distribuer dès lors qu'il est aussi candidat », a déploré le président de Lider, candidat lui-même à l'élection présidentielle du 25 octobre prochain.

L'ancien chef du parlement ivoirien, dans le franc parler qu'on lui reconnaît, n'y est pas allé avec le dos de la cuillère pour tancer le régime actuel, dont il qualifie la gestion de « fiasco ». « Nous sommes à la veille d'une élection où personne n'est préparé, ni la Cei (Commission électorale indépendante), ni les candidats, ni le peuple ivoirien. Après avoir sillonné la plupart des localités du pays, les populations ont exprimé leur inquiétude et leur peur. Depuis 2010, nous avons un gouvernement qui n'a pas été capable de rassurer les populations. Le président Ouattara s'est occupéde tout sauf de son peuple. Il s'est occupé des choses sans âme, c'est un fiasco », a-t-il indiqué. Et l'orateur de poursuivre : « On n'a eu aucune justice, aucune sécurité. Il a utilisé les jeunes gens qu'il a abandonnés dans la rue et qui sont devenus des coupeurs de route. Nous n'avons pas de justice. Il a gagné une guerre et poursuit un camp, et laisse l'autre. Il se déplace avec 3000 soldats pour sa sécurité dans son pays, c'est que lui-même n'est pas en sécurité  (...)

Lire la suite sur L'Inter


Mamadou Koulibaly Ouattara Commission électorale indépendante Cei Yamoussoukro élection présidentielle gouvernement candidats détournement coupeurs de route Assemblée nationale ivoirien




Educarriere sur Facebook

Offres d'emploi du jour