Incarcérés depuis janvier dernier à la MACA : Des secrets livrés sur Assoa Adou, Lida Kouassi et Dogo Raphaël - Qui les a coulés ? Leurs conditions de détention ? Un document confidentiel dit tout


Le collectif des prisonniers politiques dépeint, sur la période juin et juillet 2015, des conditions de détention « extrêmement difficiles » pour Assoa Adou, Lida Kouassi et autres... (Photo d'archives)
  • Source: L'Inter
  • Date: mer. 05 août 2015
  • Visites: 6018
  • Commentaires: 0
Les conditions de détention des prisonniers pro-Gbagbo à la Maison d'arrêt d'Abidjan (Maca), en dépit des critiques et des interpellations des organisations de droits de l'homme, ne sont toujours pas meilleures.

Un rapport confidentiel retraçant cette situation, sur la période allant de juin à juillet, dresse une situation « particulièrement précaire et préoccupante ». Si l'on s'en tient à ce document, réalisé par le Collectif desdits prisonniers, qui va jusqu'à tirer la sonnette d'alarme, et dont copie est parvenue à notre rédaction le lundi 03 août 2015, il ressort d'emblée que 13% de l'ensemble de ces détenus, soit la cinquantaine sur les 391 concernés, sont de grands malades.

Selon l'un des rédacteurs de ce rapport qui nous a joint au téléphone, il est question pour sa structure, non pas « d'accabler le pouvoir, mais d'interpeller les gouvernants sur la nécessité d'accorder aux prisonniers politiques un traitement décent et humain », surtout en considération avec les fonctions importantes que certains ont eu à occuper. « Ils sont au total 228 détenus à la Maca. Plusieurs de ces prisonniers politiques présentent de nombreuses pathologies comme l'insuffisance rénale, la tuberculose et l'hypertension artérielle etc. Parmi eux, il y a 5 handicapés dont l'ancien ministre Dogo Raphaël», relève-t-on dans le document. Puis d'insister que leur santé s'est détériorée du fait des conditions de détention qui sont « extrêmement difficiles », aussi bien pour les 228 détenus à la Maca que dans les prisons à l'intérieur et à l'extérieur du pays. Notamment à « Bouaké, Séguéla, Boundiali, Man, Bouna et Katiola, Maison d'arrêt militaire d'Abidjan (Mama)», qui abritent 103 détenus et au Liberia où seraient en détention 8 pro-Gbagbo.

Au titre des problèmes auxquels ils sont confrontés, le document évoque des repas quasi-insuffisants et indigestes (1 seul repas par jour), la promiscuité, l'insalubrité des lieux de détention avec pour conséquence des épidémies fréquentes dues aux maladies contagieuses telles que la tuberculose ou la gale, l'absence de soins de base, et l'inadaptation et l'inaccessibilité aux personnes présentant un handicap dont Dogo Raphaël. « Des fouilles ont & (...)

Lire la suite sur L'Inter


téléphone santé Gbagbo Abidjan Bouaké Katiola




Educarriere sur Facebook

Offres d'emploi du jour