Interview exclusive / De retour de La Haye, Agoh Marthe ''déshabille'' Affi : « Il n'était pas du FPI, il n'a pas de base, son objectif est de détruire le parti » - « Affi est allé voir Hollande seul, il n'est jamais venu nous rendre compte »


Marthe Amon Agoh est en total désaccord avec le président de son parti, qu'elle a vertement critiqué
  • Source: L'Inter
  • Date: jeu. 26 fév. 2015
  • Visites: 3304
  • Commentaires: 0
De retour de La Haye, notamment de la prison de Scheveningen, où elle est allée rendre visite à Laurent Gbagbo, l'un des plus célèbres pensionnaires de ce pénitencier, Marthe Amon Agoh, vice-présidente du Front populaire ivoirien (Fpi) chargée de la coordination pour la libération de l'ex-président ivoirien, s'est arrêtée à Paris.

En marge d'une conférence de presse qu'elle a tenue, nous l'avons interrogée. Dans cet entretien, l'ancienne première vice-présidente du parlement ivoirien évoque la crise au Fpi. Elle ''déshabille'' littéralement Affi N'guessan, le président du parti, cloue au pilori le Rhdp et la France

 

Madame la vice-présidente, lors de votre intervention de ce soir, vous avez dit que le 07/03/ 2015, vous verrez si Affi N'guessan partira ou non. Au cas où il refusait de le faire, qu'est-ce qui va se passer ?

C'est le comité central qui décidera de son départ. Une fois que celui-ci aura décidé, Affi ne pourra pas dire non ou dire qu'il ne s'en ira pas. Nous sommes une organisation démocratique et les textes qui la régissent permettent la suspension du président du parti s'il a fauté.

 

Ne craignez-vous pas que la crise interne que vit le Fpi entraîne une scission ou, pis, une dislocation du parti ?

Non! Pas du tout. Vous voyez bien qu'Affi n'a pas de base, sinon il aurait convoqué le congrès. Les militants veulent que le parti reste tel qu'il est. Parce qu'il ne s'agit pas d'un courant. Affi veut dévier le Fpi de son objet qui fait son existence. Donc, il ne peut y avoir de scission.

 

Pensez-vous, comme certains de vos camarades de parti, que le président Affi N'guessan fait le jeu du régime? En d'autres termes, soupçonnez-vous le pouvoir en place d'être derrière cette agitation au sein du parti de Laurent Gbabgbo ?

Moi, je ne mépriserai pas le camarade Affi au point de dire que c'est le camp d'en face qui le manipule. Je pense que c'est un militant, un combattant et s'il a pu être président du Fpi, c'est parce qu'il a montré ses capacités de militantisme. Mais il a décidé, compte tenu de tout ce qui s'est passé dans l'histoire de notre pays, de ne plus mener le combat que mène le parti, en voulant le dénaturer. Il n'a pas l'honnêteté de démissionner. Quand on n'épouse plus la cause embrassée au départ, honnêtement, on devrait quitter. Et lui, n'a pas voulu le faire. Lui seul sait pour quelle raison il ne veut pas partir. Son objectif aujourd'hui, c'est de dénaturer, détruire. Voilà! Dévier le Fpi de sa raison d' être. Je n'ai nullement envie de dire que c'est le pouvoir en face qui l'incite ou pas. Je n'aime pas me mettre dans les raisons qui motivent quelqu'un. C'est plutôt les actes que je juge, un point un trait.

 

Vous avez dit, au cours de votre conférence de presse, que le Fpi n'irait pas aux élections, est-ce la raison qui...( Elle m'interrompt)

Je n'ai pas dit que le Fpi n'irait pas aux élections. Je disais : « est-ce sensé de poser le problème des élections, alors que nous sommes encore dans le contentieux électoral de 2010 qui a emporté notre président à La Haye? C'est mon interrogation! Est ce qu'il est correct de parler d'élection en Côte d'Ivoire? Moi, je m'interroge.

 

Selon le président Affi N'guessan, si le Fpi ne met pas de l'eau dans son vin, s'il ne participe pas aux élections, il pourrait disparaître. Etes-vous de cet avis ?

Non! C'est ça le problème du camarade Affi. Il a son avis, nous sommes dans une association démocratique, mais la majorité ne partage pas son avis. C'est ça! Vous ne pouvez pas imposer votre seule opinion à la majorité. Le Fpi a été créé dans la clandestinité, lui Affi n'était pas du Fpi. Donc, dire qu'on va disparaître, disparaître comment? Ce n'est pas le statut juridique de reconnaissance du Fpi qui fait le parti. C'est l'esprit et le combat, l'objet, l'idéal que porte le Fpi. Cet idéal ne peut disparaître, son leader a dit qu'il irait jusqu'au bout et nombreux sommes-nous à être comme lui. Même en dehors du Fpi, beaucoup d'Ivoiriens adhèrent à cet idéal, c'est-à-dire l'autodétermination des peuples. Que les peuples d'Afrique aient le droit de se choisir leurs chefs, d'organiser une politique en faveur de leurs peuples et de ne plus être les appendices de l'ex-colonisateur. Et ils sont nombreux. Parce qu'on ne va jamais résoudre notre problème de sous-développement, tant que nous sommes des appendices, nous restons des colonies françaises sous tutelle. En souvenir, retenez bien cette image, aucun esclave ne peut-être riche. Parce qu'il travaille pour son maître. Et nous pensons aujourd'hui qu'après tant d'années d'esclavage, il est temps que nous prenions notre liberté. Même cinquante ans après, La Bible dit que l'esclave doit-être libéré. Mais ils ne veulent pas nous libérer, c'est à nous de nous déterminer à nous libérer. Et j'ai lu l'article 04 des statuts du Fpi, c'est bien clair, il lutte contre toute domination à l'intérieur comme à l'extérieur de la Côte d'Ivoire. C'est pour ça que le Fpi a été créé. Pour lutter contre cette domination interne, le Fpi a lutté pour mettre fin au parti unique et maintenant qu'il a accédé au pouvoir, il a voulu rendre effective l'indépendance. Ne pas prendre les mots d'ordre à l'Elysée avant de faire ce qui est mieux pour son peuple. Ils ne veulent pas entendre cela de cette oreille, et ils ont mis la rébellion sur son compte. Déjà, souvenez-vous, dès qu'il est arrivé, trois mois après en 2001, ils ont tenté un coup d'Etat. Ils avaient pris la Rti mais cela n'avait pas marché. Le peuple n'est pas d (...)

Lire la suite sur L'Inter


Côte d'Ivoire lutte Afrique conférence de presse sein Laurent Gbagbo Affi N'guessan jeu Rhdp Front populaire ivoirien Fpi France Paris La Haye indépendance élections développement coup d'Etat




Educarriere sur Facebook