Port, SOTRA, CIDT, BNI : Afreximbank apporte plus de 235 milliards de FCfa


(Photo d'archives)
  • Source: fratmat.info
  • Date: jeu. 19 fév. 2015
  • Visites: 3056
  • Commentaires: 1

Port autonome d'Abidjan : 164 milliards. Sotra : 32,5 milliards. Cidt : 19 milliards. Bni : 20 milliards. Soit au total 235,5 milliards F Cfa. C'est le montant global des prêts que l'institution de financement panafricaine Afreximbank consent aux quatre institutions ivoiriennes. La signature des conventions a eu lieu, hier, au siège de la banque au Caire.

Pour le Port autonome d'Abidjan, il s'agit de crédit relai qui a été mis en place par Afreximbank en vue du financement des travaux d'élargissement et d'approfondissement du canal de Vridi et de la construction du deuxième terminal à conteneurs et du terminal roulier. 

Afreximbank a réuni le montant du port en partenariat avec d'autres banques que sont la Banque Atlantique de Côte d'Ivoire, la Société générale de banque de Côte d'Ivoire (Sgbci) et Africa finances corporation (Nigeria). Comme l'a expliqué le président de l'institution panafricaine de financement de l'import-export, ce financement sera relayé par un décaissement de 950 millions de dollars (environ 475 milliards de francs Cfa) de la China Eximbank permettant de couvrir l'ensemble des travaux projetés.

Voilà donc de quoi conforter la dynamique d'extension et de modernisation du port engagée déjà sur fonds propre au niveau du port de pêche. Le directeur général, Hien Sié, note que son institution, longtemps demeurée premier port dans la sous-région, va pouvoir régler le problème de tirant d'eau qui commence à le desservir au niveau de la concurrence. Puisqu'à la fin des différents travaux, les plus gros navires pourront accoster à Abidjan

Compte tenu de la dimension sous-régionale du port, il estime qu'en l'aidant, le président d'Afreximbank, Jean-Louis Ekra, a apporté une contribution non seulement à la Côte d'Ivoire, mais aussi à l'économie africaine.  

S'agissant de la Sotra, les 32,5 milliards de francs serviront à acheter environ 500 autobus et 12 bateaux-bus, mettre en place un nouveau système de billetterie et financer l'installation d'un dépôt de carburant.

Il faut dire que la Sotra n'est pas à son premier passage aux guichets d'Afreximbank. En 2012, elle a bénéficié d'un appui de 23,75 millions d'euros (15 milliards de francs Cfa). C'est cet argent  qui lui avait permis d'acquérir 400 autobus et de rénover une dizaine de bateaux-bus. 

Sans cette première aide perçue comme un miracle, «la Sotra ne serait pas là où elle est aujourd'hui», fait savoir le directeur général, Méité Bouaké. Tant la situation était catastrophique à la sortie de la crise post-électorale, en avril 2011. Il y avait à peine 90 autobus en état de marche. Et la société n'existait que de nom. 

Avec cette nouvelle facilité de crédit, c'est le nouveau plan de développement de la Sotra qui se consolide. Dès cette année, ce sont au total 175 autres autobus qui vont arriver. Et le transport lagunaire va prendre le large. Promesses fermes faites par le directeur général.  

S'il y a une entreprise publique ivoirienne qui est sortie très affaiblie de la crise post-électorale, c'est bien la Cidt aussi. A titre d'illustration, cette société était passée de 130 mille à 14 mille tonnes de coton. A vrai dire, elle était plus que malade. C'est encore Afreximbank qui l'a sauvée en lui octroyant un crédit de 13 milliards de francs Cfa (20 millions d'euros) en 2013. Cet argent avait servi à financer les intrants et l'achat de coton graine pour la campagne 2013-2014. 

Le présent financement de 19 milliards de francs Cfa (29 millions d'euros) est destiné aux mêmes chapitres pour la campagne 2014-2015. D'ores et déjà, les choses se déroulent bien. Le directeur général, Coulibaly Mamadou, note avec satisfaction que pour la présente campagne, sa société a déjà collecté 35 mille tonnes. 

Quant à la Bni, elle se présente comme un partenaire de choix pour les interventions d'Afreximbank en Côte d'Ivoire. Cette banque publique joue pour l'institution panafricaine les rôles d'agent local et dans certains cas celui de garant partiel pour certains prêts. Elle a joué les deux rôles dans le cas des prêts octroyés à la Cidt et à la Sotra en garantissant partiellement les fonds prêtés par Afreximbank aux deux sociétés. Respectivement 25% et 45%.

Lire la suite sur fratmat.info




Méité Bouaké Côte d'Ivoire Abidjan Nigeria Sotra coton autobus partenariat développement ivoirien



Educarriere sur Facebook