Mise en liberté de quatre étudiants ivoiriens arrêtés lundi


(Photo d'archives)
  • Source: APA
  • Date: mar. 13 janv. 2015
  • Visites: 2491
  • Commentaires: 0

Quatre étudiants interpellés, lundi, à Abidjan lors d'un mouvement de grève lancé par la Fédération estudiantine et scolaire de Côte d'Ivoire (FESCI) ont été libérés, a appris APA, mardi, auprès de ce syndicat.

« Je confirme que les quatre étudiants arrêtés ont été libérés hier même à 22h » a déclaré dans un entretien à APA le Secrétaire général de la FESCI, Fulgence Assi.

Selon lui, cette grève est liée aux problèmes rencontrés depuis la réouverture de l'université Félix Houphouët-Boigny d'Abidjan. « Nous n'avons pas de bibliothèque alors que nous sommes dans un système Licence-master-doctorat (LMD) et que 60% de la formation de ce système sont réalisés par la recherche des étudiants eux-mêmes. En plus nous ne disposons pas d'internet », a-t-il expliqué.

« Dans nos universités, beaucoup d'étudiants en master 1 ne sont pas autorisés à être admis en master 2 parce que l'université dit qu'elle n'a pas les infrastructures et les ressources humaines pour l'encadrement des étudiants », a-t-il poursuivi.

Cependant, a précisé M. Assi , « dans certaines Unités de formations et de recherches (UFR) comme celle des sciences économiques, des passerelles sont faits pour les étudiants désireux d'effectuer un master 2 à condition de payer les frais élevés à 700. 000 FCFA ».

Il a également dénoncé la non disponibilité des résidences universitaires, fermées depuis 3 ans.

La question de la soutenance des étudiants au Brevet de technicien supérieur (BTS) figure, aussi, sur la liste des revendications de la FESCI.

« Le BTS se fait en deux phases. La première est l'admissibilité et la seconde, est la soutenance. Jusqu'à présent, les droits d'examen couvraient ces deux phases seulement. Il est désormais demandé aux étudiants de payer la somme de 100.000 FCFA pour pouvoir soutenir », a-t-il dénoncé.

Il est en outre demandé aux étudiants des grandes écoles, l'établissement de cartes d'étudiants biométriques fixé à 10.000 FCFA, alors que selon M. Assi, le coût de la carte d'étudiant est compris dans les frais d'inscription.

« On nous demande de payer la carte d'étudiant qui en plus d'être plus chère que la confection de la carte nationale d'identité, ne se justifie pas, parce qu'elle est comprise dans le coût des frais d'inscription », a ajouté Fulgence Assi concluant que les bourses de l'année universitaire (2012-2013) « n'étaient pas encore payées ». Cette grève de 72h, prend fin mercredi.

Les universités publiques ivoiriennes ont rouvert en septembre 2012 sous le sceau d'un ‘'départ nouveau'', après des travaux de rénovation très lourds, qui ont coûté 111 milliards cfa, lancés à la suite de la crise post-électorale de décembre 2010-avril 2011, qui a fait quelque 3.000 morts.

L'objectif des nouvelles autorités était de débarrasser les campus d'une décennie de tourmente politico-militaire, au cours de laquelle ce temple du savoir est devenu un champ de violences et de trafics de tous genres.

SB/ls/hs/APA




université Félix Houphouët-Boigny Abidjan Fulgence Assi FESCI Côte d'Ivoire internet carte nationale d'identité Brevet de technicien supérieur BTS



Educarriere sur Facebook

Offres d'emploi du jour