Nangban Degni, Epse Seri, directrice générale d'Africa Foodies Industries : « Chaque Ivoirien aura son Foodies »

  • Source: Educarriere
  • Date: jeu. 30 juin 2022
  • Visites: 762
  • Commentaires: 0

 

« Nous voulons devenir le référent national en jus naturel »

  

Auditeur-comptable de formation, Nangban Degni Seri, évoque dans cet entretien, les qualités des produits locaux que son entreprise utilise pour faire des jus naturels.   

 

D'où vous est venue l'idée de créer, Africa Foodies Industries ?

Il s'agit d'un rêve qui est venu d'une situation dramatique. Quand j'étais très jeune, j'ai vu mon père malade. On lui avait prescrit un régime alimentaire très restrictif, avec beaucoup d'aliments qu'il ne pouvait plus manger. Il était découragé et refusait de s'alimenter. J'ai donc fait de la documentation sur sa pathologie pour voir s'il ne pouvait pas manger autre chose. J'ai ensuite fait part de mes découvertes à son médecin. Il a validé mes recherches. Alors, j'ai élaboré un menu que mon père a aimé. Il a pris goût à la vie et a pu vivre longtemps. Cela m'a amené à comprendre que la santé se trouve dans ce que nous mangeons. Notre environnement en Afrique est riche en diverses denrées, fruit, légume, etc., qu'on peut utiliser pour faire beaucoup de choses. Avec les produits locaux, nous pouvons nous nourrir bien et rester en bonne santé. C'est comme cela que l'idée m'est venue de faire des plats détritiques.


Quels types de plats proposez-vous à Africa Foodies Industries ?
Nous proposons des plats typiques, ivoiriens, mais revisités. Par exemple, lorsqu'ils sont trop gras, nous les préparons sans le gras. Lorsqu'il y a deux éléments qui ne permettent pas une association, on les sépare, mais en retenant la recette. Nous proposons aussi des jus de fruits naturels qui permettent d'être en bonne santé ou de corriger certaines disfonctionnement de notre corps.


Pouvez-vous nous parler de certains de vos produits ?
Prenez par exemple le tamarin que nous utilisons. Il est très bon pour l'hypertension, permet de réguler la tension, et lutte contre les troubles digestifs.  Le baobab qui joue aussi ce rôle, permet de suivre un régime alimentaire. Car, il met un coup de frein à notre consommation de nourriture. L'ananas, lui, regorge de vitamines et permet d'être éveillé pour travailler. Chaque fruit a sa particularité. Il faut savoir quand et comment les utiliser.


Utilisez-vous tous les fruits à Africa Foodies Industries ?
Nous utilisons tous les fruits qui existent en Côte d'Ivoire. Chaque fruit a ses qualités et peut être consommé en fonction de la situation dans laquelle nous sommes. Un enfant qui va à l'école le matin, peut consommer du jus avec de la vitamine C pour rester éveillé  en classe. Comme l'orange et l'ananas. Pour les personnes du 3ème âge, le tamarin est approprié, ou bien le baobab. Sans, oublier le corossol qui est très connu pour ses vertus antioxydant.


Existe-t-il un véritable marché de jus en Côte d'Ivoire ?

Oui, le jus fait partie des habitudes alimentaires des Ivoiriens. À côté de chaque repas, il y a du jus.


Quelle stratégie pour conquérir vos clients ?

Nous avons axé notre stratégie sur le Be to Be. Nous proposons nos produits dans les grandes surfaces, les super marchés, certains points de vente, les boulangeries, les restaurants, etc. Si vous allez au super marché Carrefour, Prosuma, Leader Price, vous trouverez nos jus. Nous avons aussi nos abonnés à qui nous livrons du jus régulièrement. Nous avons une boutique en ligne : foodiesindustries.com/" target="_blank">www.africafoodiesindustries.com. Vous commandez, on vous livre. Africa Foodies industries est situé à la Riviera SIAT.

 

 

Avez-vous de bons retours ?

Nous avons de très bons retours de nos jus. Il y a souvent des ruptures dans les rayons.


En quoi vous différenciez-vous des vendeuses traditionnelles de jus ?

Nos jus sont faits maison, avec une hygiène rigoureuse.


C'est quoi la prochaine étape pour vous ?

Nous ambitionnons  devenir d'ici 5 ans, le référent national dans la fabrication de jus de fruit naturel. Nous tissons notre réseau de distribution pour y parvenir. Nous communiquons pour faire comprendre à la population, que notre richesse, c'est la santé et qu'il faut en prendre soins en se nourrissant bien. Le prochain cap pour nous, est d'installer notre usine de production. Car, il est difficile de satisfaire les commandes. Nous allons passer du stade artisanal au stade semi-industriel. Nous travaillions pour que chaque Ivoirien puisse avoir son « foodies ».

 

Entretien réalisé par Raphaël Tanoh

 




Africa Foodies Industries Nangban Degni Seri santé jus de fruits baobab troubles digestifs Carrefour Prosuma Leader Price Côte d'Ivoire environnement Riviera Afrique ivoiriens formation



Educarriere sur Facebook

Offres d'emploi du jour