Cajou : la Côte d'Ivoire vise une production de 1,04 million tonnes en 2022

  • Source: APA
  • Date: sam. 12 fév. 2022
  • Visites: 1172
  • Commentaires: 0

La Côte d'Ivoire, premier producteur mondial de noix de cajou, a lancé officiellement vendredi la campagne de commercialisation de la noix de cajou pour l'année 2022, visant 1,04 million de tonnes contre 968.676 tonnes enregistrées en 2021.  

Le président du Conseil d'administration (PCA) et le directeur général du Conseil du coton et de l'anacarde, organe de régulation de ces deux filières, ont présenté les enjeux de la campagne de commercialisation pour l'année 2022, lors d'une conférence de presse, à la Caistab, au Plateau, le centre des Affaires d'Abidjan.

La Côte d'Ivoire a produit 968.676 tonnes en 2021 contre 848700 tonnes en 2020 et vise 1,04 million de tonnes pour la campagne 2022. Fixé au 4 février dernier, la campagne est officiellement ouverte.

M. Hyacinthe Ouattara, le PCA, a assuré que concernant "les perspectives pour la campagne 2022, la production s'annonce bonne. Les projections sont de 1 040 000 tonnes de noix de cajou et 17% de ce volume, soit 180 000 tonnes devraient être transformés localement".

Pour la campagne 2022 de commercialisation, le prix plancher obligatoire est fixé à 305 Fcfa/Kg aux producteurs. Le prix plancher obligatoire magasin intérieur est de 330 Fcfa/Kg, celui du magasin usinier à 359 Fcfa/Kg contre 389 Fcfa/Kg le prix plancher obligatoire magasin portuaire.

Le pays maintient toujours son rang de leader mondial au niveau de la production et de l'exportation avec 805.748 tonnes exportées. Ce qui témoigne du succès de sa politique de transformation de la noix de cajou.

La Côte d'Ivoire est le premier pays transformateur de noix de cajou en Afrique et le troisième dans le monde en 2021 avec 136.854 tonnes transformées, un résultat dû à la politique du Conseil coton-anacarde.

Selon le directeur général du Conseil coton-anacarde, Dr Adama Coulibaly, l'organe de régulation a déposé une garantie dans des banques à hauteur de 5,20 milliards Fcfa, ce qui a permis aux transformateurs de lever 15,860 milliards Fcfa pour l'achat de matière première.

En outre, une subvention à la transformation est accordée aux industriels. Dr Adama Coulibaly a fait savoir que depuis la mise en oeuvre de cette subvention, le Conseil à déjà décaissé 28 milliards Fcfa au profit des transformateurs.

Le gouvernement ivoirien a proposé une convention aux investisseurs. Une fois signée, cela leur donne droit à des crédits en plus d'avantages fiscaux et des équipements importés en fonction de la détention du capital, des avantages spécifiques accordés lorsqu'il est à plus de 40% ivoirien.

Cette année, les zones industrielles de Bondoukou (Est) et de Korogho (Nord) seront déjà approvisionnées. La Côte d'Ivoire emploie tous les moyens en vue d'investissements massifs dans la transformation pour créer davantage de valeurs ajoutées à la noix de cajou.

La campagne 2021 a été caractérisée par une relative stabilité des prix, comparativement aux dernières campagnes. Cette relative stabilité est liée à un niveau de prix minimum et une meilleure surveillance des frontières.

La production de noix brutes de cajou commercialisées l'année précédente est de 968 676 tonnes contre 848 700 tonnes en 2020 et 634 631 tonnes en 2019, soit une hausse de 14% de 2020 à 2021 et de 26% en moyenne de 2019 à 2021.

Le Conseil Coton-anacarde note que le respect du prix minimum bord champ, fixé à 305 Fcfa, a permis une hausse de 14% des revenus des producteurs de l'anacarde, passant de 297 milliards Fcfa distribués dans la filière en 2020 à 339 milliards Fcfa en 2021.

AP/ls/APA




Côte d'Ivoire Bondoukou Adama Coulibaly Ouattara Abidjan Plateau Koro Afrique gouvernement emploi prix plancher coton anacarde noix de cajou formateurs formation ivoirien permis



Educarriere sur Facebook

Offres d'emploi du jour