Rentrés d'exil : 1280 ex-FDS expriment leurs inquiétudes à Paul Koffi Koffi

  • Source: L'Inter
  • Date: sam. 25 janv. 2014
  • Visites: 2284
  • Commentaires: 0
La place d'armes du Groupement ministériel des moyens généraux (GMMG) au Plateau, a été aménagée, hier vendredi 24 janvier, pour abriter une cérémonie de réception des militaires rentrés d'exil.

Au total, ce sont 1280 corps habillés issus de toutes les composantes des forces de défense et de sécurité, qui sont rentrés d'exil après trois ans passés hors du pays. Selon le ministre auprès du président de la République chargé de la Défense, Paul Koffi Koffi, des efforts sont fournis pour faire rentrer tous les militaires en exil. A l'entendre, parmi les 1280, il y a 8 officiers. De même, il a indiqué que 115 éléments de l'armée de terre, 3 de l'armée de l'air, 154 de la marine, 4 gendarmes, 110 policiers et 2 agents des Eaux et forêts sont rentrés à ce jour. « Ils sont rentrés. C'est une réalité, nous avons fait cela dans la discrétion parce qu'il y a beaucoup de ‘'coupeurs de route'' dans cette affaire », a déclaré Paul Koffi Koffi, avant d'exprimer sa gratitude au chef de l'État, Alassane Ouattara, et aux différents états-majors qui n'ont pas déclaré déserteurs les éléments en exil. « Je ne vois pas le plaisir à rester à l'extérieur », a-t-il dit, assurant que le retour des militaires est sécurité et que leur réintégration dans les différents corps se fera sans problème. Mais, il a annoncé aux 700 militaires qu'il recevait hier, qu'ils devront se soumettre à une vérification de leur statut dans l'armée. Ainsi, les exilés qui rentrent remplissent des fiches d'inscription « pour être catégorisés ». Ils indiquent le motif de leur départ en exil, la date de leur retour, et leur profil est ensuite établi. « A partir de là, nous procédons à des vérifications pour la reprise en solde à partir de votre date de retour », a-t-il expliqué. Pour le ministre chargé de la Défense, il est question de faire des croisements avec les fichiers de l'armée existants pour une mise à jour, mais aussi pour ne pas que les exilés de retour au bercail ne soient considérés comme des déserteurs.

Visiblement heureux de retrouver leur maison commune, les ex-FDS rentrés ont exprimé leur joie mais aussi leurs inquiétudes. Par la voix du sergent de police Lath Méliane, ils ont souhaité que « toutes les promesses faites soient prises en compte ». Lath Méliane a lancé un appel au retour massif des militaires (...)

Lire la suite sur L'Inter


Alassane Ouattara Plateau coupeurs de route police exilés




Educarriere sur Facebook

Offres d'emploi du jour