MACA : Dans l'univers des prisonniers pro-Gbagbo - Ce qu'ils ont confié à notre reporter - Leur requête au président Ouattara

  • Source: L'Inter
  • Date: vend. 06 sept. 2013
  • Visites: 2620
  • Commentaires: 1
Ils sont encore nombreux, les prisonniers pro-Gbagbo détenus à la Maison d'arrêt et de correction d'Abidjan ( MACA), cela deux années après la crise post-électorale.

A la faveur d'une visite, ponctuée de remise de dons effectuée le mardi 3 septembre 2013, par la Coalition des indignés de Côte d'Ivoire (CICI) aux prisonniers, nous avons pu échanger avec certains de ces détenus. Ils sont repartis en quatre groupes. Des leaders de la Fédération estudiantine et scolaire de Côte d'Ivoire (FESCI), du Congrès panafricain pour la justice et l'égalité des peuples (COJEP), des éléments de groupes d'autodéfense communément appelés miliciens, et des pro-Gbagbo qui n'appartiennent à aucun des groupes. Tous croupissent dans des cellules au bâtiment C.

Nous avons pu reconnaître Youan Bi Angenor, le n°2 du COJEP et Martial Yavo, l'intérimaire de Charles Blé Goudé. Ils se portent plutôt bien et étaient visiblement heureux de recevoir la visite des Ivoiriens membres de cette organisation de la société civile. Ils étaient surtout heureux de savoir que des Ivoiriens se préoccupent de leur situation de prisonniers. Il y avait aussi Willy Brice Zahé, secrétaire général de la FESCI, qui a partagé cette joie. Il a confié qu'il est avec d'autres secrétaires généraux des sections d'Abidjan et des villes de l'intérieur du pays.

Notamment Zigui Marc Aubin, secrétaire général adjoint de Williamsville, Beugré Privat dit Débordo, ex-secrétaire adjoint de la cité Kalilou de Daloa, Gnadé Constant, ex-coordonnateur du Moyen Cavally, Seyo Eric Anselme, membre actif de la section de Cocody Mermoz, Abbe N'cho Monnet, ex-membre du bureau exécutif national de la FESCI et bien d'autres .

En plus des membres de cette organisation estudiantine, très active sous l'ancien régime, il y avait Yakalé Eric. Cet autre prisonnier a expliqué qu'il fait parti de ceux qui sont qualifiés de '' miliciens pro-Gbagbo''. Selon lui, il s'était réfugié au Libéria pendant la crise avec plusieurs jeunes, avant qu'il soit mis aux arrêts dans l'ouest du pays, deux mois après l'arrestation de l'ex-président ivoirien en détention à la Haye. « Nous étions 41 dont 7 femmes. On nous a appris que nous sommes poursuivis pour les mêmes délits que Gbagbo, crimes économiques et génocide à l'Ouest », a-t-il expliqué.

Un autre prisonnier, l'air beaucoup plus pr (...)

Lire la suite sur L'Inter


Gbagbo Charles Blé Goudé Monnet FESCI COJEP CICI Côte d'Ivoire Abidjan Cocody Daloa Williamsville MACA



Educarriere sur Facebook