Côte d'Ivoire / Covid-19 : 131 000 emplois seront perdus à fin décembre 2020, selon les projections de l'INS ; les attentes des ménages

  • Source: linfodrome.com
  • Date: dim. 14 juin 2020
  • Visites: 1073
  • Commentaires: 0
Consécutivement au patronat ivoirien, l'Institut national de statistiques (INS), a présenté jeudi 11 juin 2020, les résultats de son évaluation de l'impact de la Covid-19 sur l'activité des entreprises du secteur moderne formel, des unités de production informelles et sur les conditions de vie des ménages.

Le Gouvernement de la République de Côte d'Ivoire, par le biais de l'Institut national de statistiques (INS), a initié en mars 2020 des études en vue de mesurer l'impact de la crise sanitaire mondiale de la Covid-19 sur l'économie nationale. Sollicité également par le Pnud, l'INS a réalisé du 10 au 17 avril 2020 une étude complémentaire par appel téléphonique à partir de bases de données existantes de l'impact de la Covid-19 sur l'activité des entreprises du secteur moderne formel et les unités de production du secteur informel ainsi que sur les conditions de vie des ménages. L'enquête a été réalisée auprès de 806 chefs de ménages, 468 chefs d'unités informelles et 304 entreprises formelles.

Impact sur les ménages. Les conclusions de l'étude révèlent que les conditions de vie des ménages seront impactées à plusieurs niveaux. Il ressort que les postes de dépense ayant le plus augmenté sont l'alimentation (47%) et la communication (26%). Les ménages ont déclaré aux enquêteurs qu'ils ont subi une baisse de leur revenu (72%) dont principalement les chefs de ménages exerçant dans le privé (93%) et particulièrement dans le secteur informel. La baisse de revenu des ménages est estimée à 43% comparativement à 2018. Une baisse croissante avec le niveau de revenu. Les ménages riches subissent une baisse de consommation plus importante que les ménages pauvres du fait de la crise de la Covid-19. Au vu de cela, l'INS prévoit une hausse de la pauvreté de 4 points de pourcentage si la crise dure un trimestre ; 10 points de pourcentage si la crise dure deux trimestres et 21 points de pourcentage si la crise dure une année.

Impact sur le secteur informel. La quasi-totalité (94%) des chefs d'unité de production informelle déclare être affectée par la crise sanitaire mondiale de la Covid-19. Une crise est perceptible à travers : la baisse de la fréquentation de la clientèle (50%) ; la baisse ou l'annulation des commandes (44%) ; la modification des horaires de travail en application du couvre-feu (20%) et l'obligation de fermeture imposée par les décisions gouvernementales (18%).

Comparativement au mois de février 2020 qui est le dernier mois avant l'application des mesures, le chiffre d'affaires des unités de production informelles a baissé de 79% tandis que le bénéfice baisse de 84%. Les rémunérations versées en mars 2020 sont de 62% inférieures à celles de février 2020. Une baisse justifiée en partie par les pertes d'emploi. Cette situation crée une forte pression sur la trésorerie des chefs d'unités de production informelles (64%).

Impact sur le secteur moderne formel. Ce secteur enregistre une baisse de l'activité économique annuelle de 26,2% par rapport à 2019 ; la destruction temporaire d'environ 23 000 emplois au cours du mois d'avril et une projection de 131 000 pertes d'emplois à fin décembre 2020, si la crise prolongeait. Les PME sont beaucoup plus affectées par les effets pervers de la pandémie que les grandes entreprises (...)

Lire la suite sur linfodrome.com


Côte d'Ivoire Pnud Gouvernement emplois PME Covid-19 couvre-feu




Educarriere sur Facebook