Situation socio-politique / Simone Gbagbo : « La modification de la Constitution donne l'impression qu'il y a des plans cachés»
« Nous allons vers une situation de non droit absolu. »


L'ex-Première dame, Simone Gbagbo était samedi à Port-Bouët.
  • Source: linfodrome.com
  • Date: mar. 10 mars 2020
  • Visites: 1850
  • Commentaires: 0
Les modifications de la Constitution dévoilées par le président Ouattara dans un discours sur «l'état de la Nation » devant le Parlement réuni en Congrès, jeudi 5 mars 2020 à Yamoussoukro, intéressent au plus haut point l'ex-Première dame, Simone Gbagbo. L'ancienne présidente du groupe parlementaire Front populaire ivoirien (Fpi) craint qu'une nouvelle Constitution soit « imposée » aux Ivoiriens à quelque sept (7) mois de la présidentielle. Elle l'a dit haut et fort, samedi 7 mars 2020, à Gonzagueville (Port-Bouët) à l'investiture de la fédération Fpi pro-Gbagbo de ladite commune.

Dans le projet qui sera soumis au Parlement dans les prochains jours, le chef de l'État parle d'une modification du statut du vice-président de la République, proposant au regard de l'expérience actuelle, qu' «au lieu d'un ticket, que le vice-président de la République soit nommé par le président avec l'accord du Parlement ». Il évoque en outre une réforme ayant trait au pouvoir législatif avec la modification de l'article 90, qui devrait consacrer «la continuité parlementaire», ou en cas d'impossibilité d'organiser les élections parlementaires dans les délais prescrits par la Constitution (décembre 2020), le Parlement demeure en fonction jusqu'à l'organisation des prochaines élections… L'ancienne députée d'Abobo souhaite une consultation du peuple et non celle des députés.

Car, a-t-elle dit, le peuple de Côte d'Ivoire veut donner son avis par lui-même et non pas uniquement par ces représentants à l'Assemblée nationale. «Qu'est-ce que cette précipitation à modifier la Constitution du pays à quelques mois de l'échéance électorale?», s'est interrogée l'invitée de la fédération Fpi pro-Gbagbo de Gonzagueville. «La modification de la Constitution donne l'impression qu'il y a des plans cachés qui sont peut-être des plans B. Ça nous fait peur. Ça nous donne le sentiment qu'on se prépare à mettre hors jeu certains candidats craints, à assurer la victoire uniquement à son parti», a-t-elle répondu affirmant : «nous allons vers une situation de non droit absolu».

Actualité oblige, Simone Gbagbo a commenté la déclaration du président de la République relative à son retrait à la course à la présidentielle de 2020. Elle l'a félicité pour sa décision de ne pas briguer un 3è mandat.« Cette décision très importante, est une décision très courageuse de sa part, mais pour la nation ivoirienne, c'est une décision salutaire, qui va contribuer à consolider la démocratie en Côte d'Ivoire, à consolider le respect de nos textes fondamentaux et à consolider la paix des cœurs », a dit Mme Gbagbo.

« De la même manièr (...)

Lire la suite sur linfodrome.com


Simone Gbagbo Ouattara Front populaire ivoirien Fpi Côte d'Ivoire Abobo Port-Bouët Yamoussoukro présidentielle candidats Assemblée nationale Constitution élections




Educarriere sur Facebook