Réforme du Code électoral ivoirien : un projet de loi sera transmis au Parlement (PM)

  • Source: APA
  • Date: jeu. 20 fév. 2020
  • Visites: 716
  • Commentaires: 1
Le Premier ministre ivoirien Amadou Gon Coulibaly, a annoncé jeudi qu'à l'issue des discussions sur la réforme du Code électoral ayant impliqué les partis politiques, la société civile et le gouvernement, un projet de loi sera transmis au Parlement après débat sur les divergences, en Conseil des ministres.

« Les conclusions de ces discussions seront examinées par le Conseil de gouvernement et ensuite par le Conseil des ministres, présidé par le président de la République, et le projet de loi qui en sortira sera transmis au Parlement », a indiqué M. Gon Coulibaly, lors d'une conférence de presse à la Primature.

Selon le Premier ministre ivoirien, Amadou Gon Coulibaly, en charge du Budget et du portefeuille de l'Etat, il y a eu au cours des discussions des accords et des divergences. Même s'il n'y a pas eu de document signé, « cela n'est pas un problème, le dialogue s'est déroulé et a été inclusif ».

« Tout le monde a été présent, il y a eu des discussions ouvertes (…) je pense que les points d'accord peuvent nous permettre d'avancer », a-t-il dit, ajoutant que le rapport des discussions sera soumis au Conseil du gouvernement puis au Conseil des ministres, où un projet de loi sera requis.

« Nous nous sommes accordés sur le parrainage citoyen, et sur une fourchette dans le cadre des discussions qui était de 1% dans au moins 50% des régions et districts de Côte d'Ivoire ou 1% sur l'ensemble du pays », a-t-il relevé.  

Les parties, comprenant le gouvernement, la société civile et le gouvernement se sont également « accordés sur le relèvement de la caution qui est de 20 millions Fcfa, pour dire qu'il faut relever donc cette caution entre 50 et 100 millions Fcfa », a-t-il poursuivi.  

Quant au taux de suffrage exprimé à obtenir pour avoir sa caution remboursée (actuellement de 10%), les acteurs politiques et la société civile ont estimé que « ce taux devrait être abaissé à 5% » », a fait remarquer M. Gon Coulibaly, soulignant que «c'est un point d'accord ».     

Concernant la transhumance au niveau des électeurs, le fait de convoyer des personnes pour les inscrire sur le listing d'une circonscription électorale, ils ont convenu qu' « il faut faire la preuve de sa résidence ou du domicile ».

Pour le chef du gouvernement il y a eu des points de désaccord certes, mais les discussions ont aussi permis « de bonnes avancées » et on ne devrait pas dramatiser la situatio (...)

Lire la suite sur APA


Amadou Gon Coulibaly Côte d'Ivoire gouvernement projet de loi Conseil des ministres Budget




Educarriere sur Facebook