Poursuites contre des députés ivoiriens : rejet de la requête de l'opposition, une plénière prévue

  • Source: APA
  • Date: mer. 05 fév. 2020
  • Visites: 847
  • Commentaires: 0
Le Bureau de l'Assemblée nationale ivoirienne a rejeté à l'unanimité à l'issue d'un vote au scrutin secret, la requête de l'opposition parlementaire demandant la suspension des poursuites contre des députés accusés d'atteinte à l'autorité de l'État, annonçant que cette décision sera soumise à une prochaine plénière pour délibération, a appris APA mardi de source officielle.

« Par la présente, je vous informe qu'en raison de la clôture des travaux de la session parlementaire intervenue le 27 décembre dernier et conformément aux dispositions de l'article 47 alinéa 2 du règlement intérieur de l'Assemblée nationale, j'ai donc soumis l'examen de votre requête au bureau de notre institution parlementaire convoqué spécialement à cette fin le lundi 06 janvier 2020. Après examen de votre requête, celle-ci a été rejetée à l'issue du vote au scrutin secret à l'unanimité des membres du bureau présents», rapporte un courrier d'Amadou Soumahoro, le président du parlement ivoirien adressé aux groupes parlementaires Vox Populi, Parti démocratique de Côte d'Ivoire (PDCI) et Rassemblement.

«Les conclusions du bureau de l'Assemblée nationale seront soumises à une prochaine plénière pour délibération conformément aux dispositions de l'article 92 alinéa 3 précité», a-t-il ajouté. Selon M. Soumahoro, la requête de l'opposition parlementaire a été réceptionnée par son cabinet le 27 décembre 2019, « toute chose qui a rendu impossible l'examen en session ordinaire de la demande présentée ».

Par ailleurs, il a justifié que constituer une commission pour l'examen du dossier, lui donner le temps de se réunir pour recevoir et analyser votre rapport circonstancié et présenter ses conclusions en séance publique « était irréalisable ».

Depuis le 23 décembre dernier, des proches de Guillaume Soro, l'ex-président de l'Assemblée nationale ivoirienne dont cinq députés,  sont en prison pour « atteinte à l'autorité de l'État et trouble à l'ordre public ». 

Il s'agit de MM. Alain Lobognon, Yao Soumaïla, So (...)

Lire la suite sur APA


Guillaume Soro Amadou Soumahoro Alain Lobognon PDCI Vox Populi Rassemblement Côte d'Ivoire Assemblée nationale opposition




Educarriere sur Facebook