Justice / ''Divulgation de données personnelles'' : Gbagbo dépose une plainte en France contre une cyberactiviste


L'ex-président est dans l'attente d'une nouvelle audience au niveau de la Cpi, le 6 février.
  • Source: linfodrome.com
  • Date: jeu. 16 janv. 2020
  • Visites: 2377
  • Commentaires: 0
C'est la nouvelle affaire dans la galaxie pro-Gbagbo : une plainte de l'ex-président ivoirien à l'encontre de Rachèle Dépri-Crasso, une cyberactiviste ivoirienne installée en France. L'affaire est éventée par la cyberactiviste. Dans une vidéo sur facebook, l'internaute explique être visée par une plainte de l'ancien président, pour « divulgation de données personnelles ». Lundi 13 janvier 2020, elle a répondu à la convocation de la police au commissariat de Fontainebleau (département de Seine-et-Marne en Île de France) accompagnée de son avocat, Maître Feldmann. Laurent Gbagbo reproche à Rachèle Depri-Crasso d'avoir divulgué ses données personnelles, plus particulièrement, son adresse géographique.

L'ex-président, acquitté de crimes contre l'humanité par la Cour pénale internationale (Cpi), n'est pas totalement libre. Il bénéficie de la liberté conditionnelle et est installé à Bruxelles en Belgique. Selon toute vraisemblance, Laurent Gbagbo serait à la même adresse que sa compagne, Nadiana Bamba dite Nady Bamba. Fait curieux : Rachèle Dépri-Crasso se défend d'avoir exposé les données personnelles de l'ancien président mais reconnaît, volontiers, avoir diffusé celles de Nady Bamba.

Elle accuse cette dernière d'avoir eu le même manquement à son égard : divulguer ses données personnelles et celles de sa famille. Face aux agents de police, celle qui eut une carrière de photo-journaliste, a reconnu être l'auteur de certaines publications mais elle insiste : Laurent Gbagbo n'est pas sa cible. « Moi, je n'ai pas à faire à Laurent Gbagbo….Si Nady Bamba utilise son nom, c'est son problème. Si lui aussi laisse son nom utilisé, c'est vraiment son problème », lâche la cyberactiviste dans sa vidéo (...)

Lire la suite sur linfodrome.com


Laurent Gbagbo France Belgique Bruxelles Cour pénale internationale Cpi police