Maison d'arrêt et de correction d'Abidjan : Des nouvelles des détenus pro-Soro, Jacques Mangoua fait des confidences sur sa détention. Une délégation du CNDH les a rencontrés, le 31 décembre


Jacques Mangoua, vice-président du Pdci-Rda, est toujours à la Maca.
  • Source: linfodrome.com
  • Date: sam. 04 janv. 2020
  • Visites: 2004
  • Commentaires: 0
Le mardi 31 décembre 2019, une délégation du Conseil national des droits de l'Homme (Cndh) a effectué une visite de travail à la Maison d'arrêt et de correction d'Abidjan (Maca), conformément à son mandat. Cette délégation a échangé avec les militants de Générations et peuples solidaires (Gps), au nombre de seize (16), interpellés le 23 décembre 2019, et en a profité pour échanger avec le président du conseil régional de Gbêkè, Jacques Mangoua, comme le Cndh le fait depuis sa condamnation. Cette visite avait pour objectif de s'enquérir des nouvelles de ces derniers et d'évaluer leurs conditions de détention.

Au cours des échanges, les détenus pro-Soro ont fait savoir au Cndh qu'ils ne subissent aucune torture au sein de la Maca. «Nous avons droit à la visite de nos familles et proches de même que des avocats», a expliqué l'un d'entre eux à la délégation du Cndh qui a pu constater que Soro Kanigui, député et président du Rassemblement pour la Côte d'Ivoire (Raci), vivant avec un handicap, est logé au rez-de-chaussée et garde son moyen de locomotion habituel.

C'est suite au retour manqué de Guillaume Soro, le lundi 23 décembre 2019 à Abidjan, que plusieurs de ses collaborateurs ont été interpellés au siège du Gps, à Cocody-Riviera, après une conférence de presse au cours de laquelle ils ont accusé les «autorités aéroportuaires» d'avoir «empêché» l'atterrissage de son avion sur le sol ivoirien. Dans la foulée, un mandat d'arrêt international a été émis «pour présomption grave de tentative d'atteinte contre l'autorité de l'Etat et l'intégrité du territoire» contre M. Soro, qui est aussi poursuivi avec trois autres personnes dont son directeur de protocole Souleymane Kamaraté dit Soul To Soul, pour «détournement de deniers publics, recel de détournement de deniers publics et blanchiment de capitaux portant sur la somme de 1,5 milliard de f cfa».

Cas Mangoua. Dans l'attente de son procès en appel, le président du conseil régional du Gbêkê, et vice-président du Parti démocratique de C& (...)

Lire la suite sur linfodrome.com


Guillaume Soro Jacques Mangoua Rassemblement Cndh Côte d'Ivoire Abidjan Cocody Riviera détournement mandat d'arrêt international procès




Educarriere sur Facebook