Ignorée dans les manifestations impliquant les centrales syndicales, la Plateforme crie à l'injustice, Gnagna Zadi monte au créneau et dénonce


Gnagna Zadi invite les autorités ivoiriennes à réparer l'injustice contre sa centrale syndicale, la Pfn
  • Source: linfodrome.com
  • Date: vend. 12 avr. 2019
  • Visites: 568
  • Commentaires: 0
Comptant parmi les 6 Centrales syndicales légalement reconnues par l'arrêté du 5 février 2019, les dirigeants de la Plateforme nationale des organisations professionnelles du secteur public de Côte d'Ivoire (Pfn) ne comprennent pas que leur organisation soit ignorée à tous les rendez-vous où ils sont censés être invités. Ils le crient haut et fort et en interpellent les autorités ivoiriennes.

Par l'arrêté 2019 / 014 du 05 février 2019le ministère de l'Emploi et de la Protection sociale a entériné 6 centrales syndicales pour sur plus d'une dizaine se réclamant ainsi, pour mettre de l'ordre dans le secteur. Parmi ces 6 centrales se trouve la Plateforme nationale des organisations professionnelles du secteur public de Côte d'Ivoire (Pfn). Structure ainsi légalement reconnue et dirigée par le célèbre syndicaliste Gnagna Zadi.

Mais, alors que la Pfn pense pouvoir occuper pleinement la place qui la sienne sur le terrain du syndicalisme en Côte d'Ivoire, elle est déjà à la peine, seulement deux mois après sa reconnaissance officielle et légale. L'organisation de Gnagna Zadi est totalement absente de toutes les manifestations nécessitant la présence des centrales, faute d'y être invitée. Et ce, malgré toutes les démarches menées par ses dirigeants pour essayer de rattraper ce qui pouvait passer pour une simple omission.

Le dernier fait en date, c'est l'exclusion dont la Pfn a encore été l'objet, ce jeudi 11 avril 2019, à la célébration du centenaire de l'Organisation internationale du travail (OIT). Manifestation à laquelle les dirigeants de la Pfn auront tout fait en vain pour y prendre part de droit comme les cinq autres centrales dont les dirigeants ont été officiellement invités.

Qu'est-ce qui explique cette mise à l'écart ? Gnagna Zadi et ses camarades, qui ont rencontré la presse pour prendre l'opinion à témoin et interpeller les dirigeants ivoiriens, se posent eux-mêmes beaucoup de questions. A commencer par le report des élections professionnelles décidées, conformément à l'article 3 de l'arrêté du (...)

Lire la suite sur linfodrome.com


Gnagna Zadi Côte d'Ivoire Organisation internationale du travail OIT élections



Educarriere sur Facebook

Offres d'emploi du jour

Appels d'offres

    Aucun document en téléchargement.

Voir tous les appels d'offre

Magazine