Le nouveau centre d'enfouissement technique d'Abidjan en service dès novembre (Ministre)


La ministre de l'Assainissement et de la Salubrité, Anne Ouloto lors de la conférence de presse sur le projet Pays propre
  • Source: AIP
  • Date: vend. 21 sept. 2018
  • Visites: 324
  • Commentaires: 0

Le Centre de valorisation et d’enfouissement technique (CVET) de Kossihouen, (Abidjan-Nord) sera en service dès le mois de novembre 2018, a assuré jeudi, à Abidjan, la ministre de l’Assainissement et de la Salubrité, Anne Désirée Ouloto lors d’une conférence de presse annonçant le projet, « Pays propre ».

Elle a expliqué que la mise en service de cette infrastructure structurante, permettra d’une part, de démarrer le processus de fermeture et de réhabilitation effective de la décharge d’Akouédo et d’autre part, de démarrer la valorisation des déchets et d’assurer une élimination écologiquement rationnelle des ultimes.

« Le CVET de Kossihouen est une initiative révolutionnaire en Côte d’Ivoire. Il s’agit d’un ouvrage construit selon les standards internationaux pour recevoir et traiter chaque année et au démarrage des activités dès le mois de novembre 2018, au moins 1 250 000 tonnes de déchets. Cette capacité va augmenter pour permettre le traitement d’au moins 90% de la production totale de déchets du District Autonome d’Abidjan sur les sept années de délégation », a-t-elle indiqué.

Selon Anne Ouloto, la modernisation du système de gestion des déchets en Côte d’Ivoire est désormais inéluctable, estimant que, « la vision et la détermination du président Ouattara à faire de notre pays, un grand pays, moderne et au travail, grâce à des ivoiriens rassemblés et en bonne santé, passe nécessairement par l’exigence d’un cadre de vie propre et sain ».

Elle a rappelé que la Côte d’Ivoire produit actuellement par an, plus de 2 996 536,88 tonnes de déchets solides ménagers et assimilés et singulièrement dans le District Autonome d’Abidjan, ce sont un peu plus de 4 900 tonnes de déchets qui sont produits chaque jour, soit environ 1 800 000 tonnes par an.

« Seulement environ 70% de ces déchets sont collectés par jour, laissant les 30% dans les rues, les ravins, les ouvrages d’assainissement, les cours d’eaux, les zones inaccessibles aux véhicules », s’est offusqué Anne Ouloto.

La ministre a expliqué que, au vu de la situation peu reluisante du secteur, le Gouvernement a décidé d’opérer des réformes structurantes pour que le secteur des déchets soit un pilier de la promotion d’un cadre de vie et de travail agréable. « Notre ambition première est de faire d’Abidjan, la vitrine de notre pays, un modèle de propreté », a-t-elle indiqué.

« Plus qu’un système moderne de gestion des déchets à Abidjan, c’est un nouveau contrat social que le Gouvernement propose aux populations ivoiriennes, particulièrement celles du District Autonome d’Abidjan. Ce système va créer environ 6 000 emplois directs et indirects », a assuré Anne Ouloto.

L’entreprise retenue pour la conception, la construction, le financement et l’exploitation du CVET du District Autonome d’Abidjan, est CLEAN EBURNIE, un groupement constitué de la société ivoirienne CLEAN BOR-CI et de l’entreprise portugaise MOTA ENGIL.

(AIP)

gak/fmo