Crise au FPI / Un proche d'Affi N'Guessan charge: « Sangaré a reçu 10 millions du RDR (...) Affi n'est ni un traite ni un vendu »

  • Source: linfodrome.com
  • Date: jeu. 05 janv. 2017
  • Visites: 3810
  • Commentaires: 1
La guerre larvée qui oppose le camp de Pascal Affi N'Guessan et celui d'Aboudrahamane Sangaré, tous membres du FPI, ne finira pas de livrer des secrets. Dans une déclaration publiée par un proche d'Affi N' Guessan, sur sa page Facebook, on apprend avec stupéfaction de graves révélations sur le camp Sangaré.

La passion poussée à son extrême conduit à une cécité certaine et à une certaine surdité.

Certaines personnes me reprochent mon soutien politique à la ligne politique défendue par Affi.

Par nature je suis contre toute forme d'injustice et j'estime, preuve à l'appui, que ce Monsieur est victime d'une grande campagne médiatique et politique pour le salir.

Je refuse, tel un mouton de Panurge, de suivre le mouvement d'ensemble pour plutôt me forger moi-même une opinion après recoupement, croisement et analyse des faits.

Voilà les thèses publiquement véhiculées pour accabler Affi de traîtrise et de vendu. Ces thèses résistent-elles à une analyse objective ?

1 - Affi collabore avec Ouattara

Si je pars du postulat que Miaka, Odette Lorougnon, Akoun Laurent, Douati et autres qui par une incroyable chance n'ont pas été inquiétés par les hommes de Ouattara en avril 2011 au point où ils n'ont pas eu besoin de s'en aller en exil ou même de se cacher ont de ce fait pu négocier avec Ouattara lui-même pour obtenir la libération de Affi, Sangaré, Aké Ngbo, Michel Gbagbo... je ne comprends pas pourquoi le fait pour Affi, une fois liberé, de discuter avec le même Ouattara pour obtenir la libération des pro Gbagbo toujours détenus serait un acte de traîtrise.

Si Affi ne discute pas avec Ouattara qui détient la clef des prisons avec qui devrait-il donc le faire pour obtenir leur libération ?

2 - Affi veut légitimer le régime de Ouattara en allant aux élections

Si aller aux élections c'est légitimer Ouattara que dire alors de ceux qui comme Odette Lorougnon, Miaka ou Akoun étaient présents à son investiture en 2011 alors que Gbagbo était encore en détention à Khorogo ?

Ce n'est pas un individu qui donne une légitimité à un Président de la République, ce sont les institutions nationales (armées, administrations, conseil constitutionnel...) et internationales auxquelles notre pays adhère (ONU, UA, Cedeao...).

Dans la rébellion, Soro clamait urbi et orbi qu'il ne reconnaissait le légitimité de Gbagbo, en quoi cela entachait celle-ci ? Qui signait les décrets ? Qui accréditait les diplomates.

3 - Affi a échangé avec Hollande alors que ce dernier dit que Gbagbo est infréquentable.

Mais c'est hollande qui s'est rendu en RCI pour échanger avec toute l'opposition ivoirienne dans son ensemble puis en tête à tête avec Affi, à la demande du Pdt Français. Ce n'est pas Affi qui était demandeur, contrairement à Miaka Oureto qui en 2012 à conduit une forte délégation du FPI à l'Elysée pour espérer y être reçu par le Chef d'Etat français mais qui malheureusement n'a été reçu que par une chargée de mission.

Échanger avec le Pdt Français est une victoire diplomatique car la France est partie prenante dans le conflit ivoirien et détient une des clefs qui permettrait d'ouvrir les portes de la CPI.

Ne pas le comprendre c'est denier toute responsabilité à la France dans le conflit ivoirien.

4 - Avec la CEI actuelle il n'est pas possible de gagner une élection et pourtant Affi y va.

Affi est un politicien, pas un mercenaire. Il est un enfant des élections. Déjà en 1990, au temps de la toute puissance du PDCI et de FHB il avait réussi à se faire élire maire de Bongouanou. A cette époque il n'y avait même pas de CEI, de bulletin unique, d'urnes transparentes. C'était le ministre de l'intérieur qui proclamait les résultats. Nonobstant cela, lui et Gbagbo ont participé et ont chacun gagné dans sa circonscription électorale.

Qu'est-ce qui est pire en 2015 ou 2016 qu'étaient les élections en 1990 au point où il faille abandonner le pays et ses institutions entre les mains de Ouattara et du RHDP qui d'ailleurs ne souhaitent qu'une chose : que le FPI boycotte toutes les élections.

D'ailleurs, la simple annonce de la participation du FPI aux législatives a fait imploser le RHDP avec l'exclusion de Mabri et de Gnamien.

Ouattara rêve d'un retour au parti unique. Dès lors croire que boycotter les élections pourrait lui faire mal c'est ne pas connaître l'homme.

5 - Affi ne veut (...)

Lire la suite sur linfodrome.com


Michel Gbagbo Affi N'Guessan Odette Lorougnon Ouattara Soro PDCI FPI RHDP CEI France Facebook CPI constitution élections opposition ivoirien




Educarriere sur Facebook