Crise post-électorale : Encore 58.000 réfugiés Ivoiriens
Pr. Mariatou Koné (ministre de la Solidarité) : « Il y a beaucoup de manipulations d'ordre politique »
« On leur promet que le Messie va arriver »


(Photo d'archives)
  • Source: Soir Info
  • Date: sam. 16 juil. 2016
  • Visites: 1633
  • Commentaires: 0
Durant trois jours, les 12, 13 et 14 juillet 2016, les représentants du Haut commissariat aux réfugiés (Hcr) des pays d'asile des réfugiés ivoiriens, se sont réunis à Abidjan pour réfléchir sur la situation des exilés, cinq ans après la crise post-électorale de 2010-2011.

À l'issue de ces trois journées de travaux, tenues loin des journalistes, la ministre ivoirienne de la Solidarité, de la cohésion sociale et de l'indemnisation des victimes, Pr. Mariatou Koné, a animé une conférence de presse, jeudi 14 juillet 2016, accompagné du représentant pays du Hcr en Côte d'Ivoire, Mohamed Askia Touré. À les en croire, même si 300.000 réfugiés sont retournés dans leur pays, il reste encore 58.000 Ivoiriens, dehors, principalement dans les pays voisins, à cause de la crise et de la situation sociopolitique qui prévaut dans le pays.

Selon Mohamed Askia Touré, « l'écrasante majorité des réfugiés se trouve au Liberia (autour de 26.000). Il y en a encore au Ghana, au Togo, en Guinée et au Mali ». Il a expliqué que la réunion régionale sur la situation des réfugiés ivoiriens qui s'est tenue à l'espace Latrille Events, à Cocody les-deux-Plateaux, a permis de mettre en place des « solutions durables » visant à encourager « ces 58.000 personnes » à rentrer au bercail. Ces mesures concernent, entre autres, la création d'activités visant à la réintégration sociale et économique des ex-réfugiés, une fois de retour ; la mise en place d'une politique pour les mettre en confiance, d'un mécanisme de restitution des biens confisqués. Également, le Hcr et ses partenaires, au niveau national et à l'international, ont étudié la situation de ceux qui voudront s'installer dans leurs différents pays d'accueil, pour diverses raisons. Il est prévu pour eux une politique « d'intégration locale », qui ne sera pas vraiment différente de celle dont bénéficient les réfugiés retournés en Côte d'Ivoire. Aussi, a-t-il plaidé pour la réouverture des frontières à l'ouest, notamment avec la Guinée, l'ouverture de couloirs humanitaires, et l'instauration d'une bonne politique de communication. « Nous avons besoin de mettre ces personnes dans une situation de confiance (…). C'est une situation qu'il faut respecter », a déclaré le représentant du Hcr, avant d'indiquer qu'on « peut estimer à 10 % le nombre de réfugiés qui ne rentreront certainement jamais en Côte d'Ivoire ».

La ministre Mariatou Koné, a, quant à elle, accusé des hommes politiques qui alimentent des « fausses rumeurs » sur la situation sociopolitique en Côte d'Ivoire. « Il y a beaucoup de manipulations d'ordre politique. L'État de Côte d'Ivoire attend ses frères et sœurs en exil. Nous devons être ensemble pour construire notre pays, pour condu (...)

Lire la suite sur Soir Info


Mariatou Koné Côte d'Ivoire Abidjan Cocody Plateau Mali Ghana Guinée réfugiés exilés ivoiriens




Educarriere sur Facebook

Offres d'emploi du jour