Depuis Daloa, Ouattara met en garde ses adversaires: « Je ne tolérerai pas le désordre »


Les chefs traditionnels au chef de l'Etat: « Il faut libérer les prisonniers politiques »
  • Source: Soir info
  • Date: lun. 28 sept. 2015
  • Visites: 2418
  • Commentaires: 0
Au cours de l'audience qu'il a accordée, dimanche 27 septembre 2015, dans les locaux de la préfecture de Daloa, aux cadres et chefs traditionnels de la région du haut-Sassandra, Alassane Ouattara s'est voulu direct à l'endroit de ses adversaires déclarés à la présidentielle 2015, qui appellent à des marches.

Le chef de l'Etat, visiblement irrité, voire excédé par les appels à des marches, lancés par ses adversaires, a sévèrement mis en garde ceux-ci, déclarant qu'aucun désordre ne sera toléré, de sa part. « En venant à Daloa, cela réveille un certain nombre de problèmes que ce pays a vécus. La crise de 2002… Oui, ce pays a connu des moments affreux. Je dirai de barbarie, des moments d'affrontements fratricides, des moments douloureux », a rappelé Alassane Ouattara. Puis, il a dénoncé le « comportement des uns et des autres, qui était contraire à ce que Houphouët a enseigné ». « Je crois profondément à la démocratie, mais je ne peux tolérer le désordre. Le désordre est contraire à la démocratie. Ça veut dire qu'on veut empêcher la majorité de vivre en paix. Et, donc je voudrais en appeler à chacun et à chacune, pour que l'on fasse tout pour que ces élections soient apaisées. Que les uns et les autres veuillent marcher, cela est tout à fait normal. Mais de grâce, faisons en sorte de suivre les procédures légales… Je n'accepterai pas le désordre. Je ne tolérerai pas que le désordre s'installe en Côte d'Ivoire », a mis en garde le numéro 1 ivoirien, promettant que « les années à venir seront encore meilleures ».

Le chef de l'Etat a dit être venu lancer un message de réconciliation nationale, invitant les uns et les autres « à mettre tout en œuvre pour ne plus que ce qui est arrivé hier, ne se reproduise plus ».&nbs (...)

Lire la suite sur Soir info


Côte d'Ivoire Alassane Ouattara Daloa Sassandra présidentielle réconciliation élections affrontement ivoirien




Educarriere sur Facebook