Face à la presse / KKB : « Pour battre Ouattara, je n'ai pas besoin de campagne » - « Je suis prêt »
Il refuse de répondre à Bédié : « C'est mon père. Je vais le venger »


KKB a demandé la libération de Samba David ainsi que celle « de nombreux jeunes anonymes ». (Photo d'archives)
  • Source: Soir Info
  • Date: jeu. 17 sept. 2015
  • Visites: 2879
  • Commentaires: 3
Kouadio Konan Bertin dit KKB est resté droit dans ses bottes. Alors qu'il était face à la presse, mardi 15 septembre 2015, à son Quartier général (Qg) aux Deux Plateaux, le candidat indépendant à la présidentielle de 2015, n'a pas trahi sa réputation de franc-tireur.

Si le député de Port-Bouët, issu du Parti démocratique de Côte d'Ivoire (Pdci), n'a pas été tendre avec Alassane Ouattara, le chef de l'État, il a ménagé son « père » Bédié. « Pour battre M. Ouattara, je n'ai pas besoin de campagne. Les Ivoiriens connaissent suffisamment leur situation, je n'ai pas besoin de campagne. Je suis prêt. Les Ivoiriens sont prêts. Ils ont déjà fait leur choix. Ils ont simplement besoin qu'ils aient une Cei (Commission électorale indépendante, Ndlr) qui soit indépendante, que le processus soit transparent et qu'on soit tous en sécurité, et que personne n'inquiète personne, vous verrez bien. Au soir du 25 octobre, vous serez surpris», a-t-il bombé la poitrine, revenant sur des propos d'Alassane Ouattara au plus fort de sa mésentente avec le leader du Pdci. « Bédié n'est pas ma cible. Il est mon père. Une des raisons justement de mon engagement, c'est parce que je dois le venger. Je dois le réhabiliter... », a réagi KKB à une question se rapportant aux derniers propos de Bédié. Celui-ci a martelé, dimanche 13 septembre 2015, à Cocody, à une cérémonie de soutien à Alassane Ouattara, que « contre les facéties, et les fadaises des irréductibles et des fachos, allons à cette campagne dans la sérénité de l'esprit ». Convaincu que « M. Ouattara n'est pas éligible », l'orateur a appelé à un dialogue pour régler cette question et bien d'autres problèmes. « Je n'ose pas croire que les dirigeants actuels qui se réclament de Félix Houphouët-Boigny refusent d'entendre l'appel au dialogue. M. Ouattara est devenu candidat à la suite de longues négociations qui nous ont amenés de capitales en capitales (…). Les dispositions de la Constitution en son article 35 ne lui permettent pas d'être candidat au strict plan du droit. Il n'y a que le dialogue politique seulement qui peut justement régler cette question », a expliqué le conférencier. « Le Conseil constitutionnel nous a agréablement surpris en créant le concept « d'éligibilité dérivée » qui (...)

Lire la suite sur Soir Info


Félix Houphouët-Boigny Bédié Alassane Ouattara KKB Kouadio Konan Bertin Pdci Commission électorale indépendante Cei Côte d'Ivoire Cocody Plateau Port-Bouët présidentielle candidat Constitution




Educarriere sur Facebook