Côte d'Ivoire : ''le dialogue reste la voie à privilégier'' pour une sortie de crise (PM)

  • Source: APA
  • Date: dim. 15 nov. 2020
  • Visites: 438
  • Commentaires: 1
Le Premier ministre ivoirien, Hamed Bakayoko, a déclaré dimanche que "le dialogue reste la voie à privilégier pour régler (les) différends" nés du scrutin présidentiel du 31 octobre 2020, lors de la 24e Journée nationale de la paix à Koumassi, une commune située dans le Sud d'Abidjan.

"Le dialogue reste la voie à privilégier en toute circonstance pour le règlement de nos différends. (Car), jamais la violence ne triomphe et ne prospère, si ce n'est des champs de ruines, de morts et de désolation", a dit M. Hamed Bakayoko

Suite à cette élection présidentielle, contestée par l'opposition, le président Alassane Ouattara, réélu pour un autre mandat, et M. Henri Konan Bédié, le chef de file de l'opposition, ont eu un tête-à-tête mercredi pour "briser le mur de méfiance".

Selon le Premier ministre ivoirien Hamed Bakayoko, c'est "une évolution positive" qui doit "convaincre définitivement" que le dialogue ouvre les sentiers de la paix, un élan dans lequel doivent s'inscrire les Ivoiriens.

"Le scrutin présidentiel a eu lieu et est terminé, fini le temps de la belligérance et des divergences, l'heure doit être désormais à la construction de notre pays", a -t-il martelé, avant d'ajouter: "quittons donc définitivement les rues et les confrontations non productives pour nous asseoir à la table du dialogue franc, sincère et constructif".

Pour lui, cela est possible, dans le respect des différences des Ivoiriens de "travailler ensemble" pour la construction du pays; surtout avec "le sens de l'ouverture et de la disposition constante" de M. Ouattara à créer les conditions d'un dialogue franc.

Il a déploré les conflits inter-communautaires survenus après la présidentielle et qui ont fait selon les autorités 85 morts. Les violences étaient plus accentuées dans les fiefs de l'opposition où des partisans du pouvoir et de l'opposition se sont affrontés.

Instituée en 1996, la Journée nationale de la paix se tient chaque 15 novembre. Selon la ministre de la Solidarité, de la cohésion sociale et de la lutte contre la pauvreté, Mariatou Koné, cette célébration vise à prôner "la valeur fondamentale du vivre ensemble". 

Il s'agit également d'"évaluer nos rapports aux autres en termes de qualité des relations humaines dans nos différents cadres de vie", a souligné la ministre de la Solidarité, de la cohésion sociale et de la lutte contre la pauvreté.

(...)

Lire la suite sur APA


Henri Konan Bédié Alassane Ouattara Hamed Bakayoko Mariatou Koné Abidjan Koumassi élection présidentielle opposition



Educarriere sur Facebook

Offres d'emploi du jour