Côte d'Ivoire : un ''blocus'' imposé aux résidences de Bédié, Affi et Mabri (avocats opposition)

  • Source: APA
  • Date: jeu. 05 nov. 2020
  • Visites: 1002
  • Commentaires: 0
Un "blocus" a été imposé aux résidences de certains leaders de l'opposition ivoirienne que sont notamment l'ancien chef d'Etat Henri Konan Bédié, Affi Nguessan, Mabri Toikeusse, selon un communiqué conjoint des avocats de M. Bédié et de l'opposition.

Selon ce communiqué, les avocats de M. Bédié et des leaders de l'opposition dénoncent un "blocus imposé aux résidences de Henri Konan Bédié, de l'ancien Premier ministre Pascal Affi NGuessan et des anciens ministres Assoa Adou et Abdallah Toikeusse Mabri". 

Le domicile de l'ancien ministre Hubert Oulaye connait également cette scène, selon ces avocats qui notent que ces actes "ne rentrent dans aucun cadre législatif et règlementaire applicable en Côte d'Ivoire, de sorte qu'il doit être qualifié de séquestration". 

Le Collectif des avocats de Henri Konan Bédié et des leaders de l'opposition politique ivoirienne dénonce de ce fait une "tentative illégale d'arrestation de Henri Konan Bédié, ancien président de la République". 

Le texte relate que ces évènements ont débuté le lundi 02 novembre 2020, lorsque "des personnes lourdement armées, circulant à bord de véhicules des forces de défense et de sécurité ont attaqué nuitamment les résidences de M. Bédié". 

Cette même nuit, la résidence de M. Pascal Affi N'Guessan, ancien Premier ministre et messieurs Assoa Adou et Abdallah Toikeusse Mabri, tous deux, anciens ministres et anciens députés, ont connu cette scène, souligne le collectif des avocats. 

Le lendemain, 03 novembre 2020, en début d'après-midi, un important détachement de la police nationale appuyé par un détachement du Groupe de sécurité de la présidence de la République (GSPR) a "pris d'assaut la résidence de M. Bédié qu'ils ont tenté d'interpeller", poursuit le communiqué.  

"Face au refus de M. Bédié d'accepter d'être arrêté, les éléments de la police ont interpellé plusieurs cadres de l'opposition qui étaient à ses côtés", dont M. Maurice Kakou Guikahué, député à l'Assemblée nationale, ancien ministre et secrétaire exécutif en chef du Parti démocratique de Côte d'Ivoire (Pdci), indiquent les avocats.  

M. Ezaley George Philippe, vice-président du Pdci, N'Dri Kouadio Pierre Narcisse, directeur de Cabinet de Bédié, Mme Aminata N'Diaye, secrétaire exécutive du Pdci, ont été également interpellés de même que des membres de la famille de M. Bédié. 

"Toutes ces personnalités ont été conduites vers une destination jusque-là inconnue", mentionne le collectif des avicats de l'opposition, qui juge "l'interpellation illégale de M. Kakou Guikahué sans la levée préalable de son immunité parlementaire et la mise en œuvre de la procédure spéciale liée &a (...)

Lire la suite sur APA


Henri Konan Bédié Maurice Kakou Guikahué Affi N'Guessan Mabri Toikeusse Toikeusse Mabri Hubert Oulaye Assoa Adou Pdci Côte d'Ivoire police Assemblée nationale opposition




Educarriere sur Facebook