En exil forcé, Guillaume Soro déshabille le président Ouattara : « Après avoir créé une crise post-électorale en 2010, il vient d'inventer une crise préélectorale. »


Guillaume Soro, n'est pas du tout content d'Alassane Ouattara
  • Source: linfodrome.com
  • Date: dim. 29 déc. 2019
  • Visites: 4269
  • Commentaires: 0
Le scrutin présidentiel d'octobre 2020 s'annonce dense et riche en émotions. A quelques 10 mois de ce scrutin aux lendemains incertains, les ex-alliés de la coalition au pouvoir, incapables de se partager copieusement le gâteau s'entredéchirent. En effet, Guillaume Soro, artisan clé de la venue du président de la République, Alassane Ouattara au pouvoir, est depuis peu, frustré par l'attitude de ce dernier. En rupture de ban, avec Alassane Ouattara et poursuivi par la justice ivoirienne pour ''détournement de deniers publics et tentatives de déstabilisation'', Guillaume Soro, semble ne plus avoir la langue dans sa poche. Il livre des secrets qui jusque-là, étaient seulement connus par les dieux.

Après avoir dévoilé l'acteur clé de la rébellion meurtrière de 2002, Guillaume Soro, le candidat déclaré à la présidentielle d'octobre 2020, vient de révéler l'auteur de la crise post-électorale de 2010. Il accuse en effet, Alassane Ouattara, le président de la République de Côte d'Ivoire d'avoir orchestré la crise post-électorale de 2010. Laquelle crise, s'est soldée par l'arrestation de Laurent Gbagbo et l'ouverture de son procès à la Cour pénale internationale (Cpi).

« Je suis surtout choqué et horrifié par celle (attitude Ndlr) de M. Ouattara, que l'on présente encore comme un homme policé venant du FMI. Mais le FMI a fabriqué un autocrate qui a interdit toute manifestation politique pendant la visite de Macron, qui dispose de milices parallèles encagoulées faisant des descentes dans les sièges des partis politiques, arrêtant cinq députés sans que leur immunités parlementaires n'aient été levée (...). Après avoir créé une crise post-électorale en 2010, M. Ouattara, vient d'inventer la crise pré-électorale.», a martelé Guillaume Soro dans les colonnes de l'hebdomadaire français, Le Journal du Dimanche. Avant d'inviter la classe politique ivoirienne à s'organiser pour le combattre.

« Je continuerai à me battre dans un rôle savamment orchestré. Il faut se souvenir qu'en 1999, M. Ouattara avait lui aussi été frappé par u (...)

Lire la suite sur linfodrome.com


Laurent Gbagbo Alassane Ouattara Guillaume Soro Côte d'Ivoire FMI Cour pénale internationale Cpi présidentielle candidat détournement procès




Educarriere sur Facebook