Côte d'Ivoire : 6% d'augmentation de l'indice des prix alimentaires entre février et avril 2016 (Rapport)


(Photo d'archives)
  • Source: cotedivoire-economie.com
  • Date: mar. 19 juil. 2016
  • Visites: 1911
  • Commentaires: 1

L'indice des prix alimentaires a augmenté de ''6,8% entre février et avril 2016'' en Côte d'Ivoire avec une ‘'forte hausse'' des prix des tubercules, plantains et légumes frais, indique le dernier rapport de la Banque Mondiale (BM) sur la situation économique du pays.

Malgré les bases saines sur lesquelles reposent la performance récente du pays, note ce rapport, ‘'il y a encore besoin de faire plus et mieux. Si la direction est indéniablement bonne, il ne faut pas oublier que la Côte d'Ivoire reste un pays largement dépendant de la production de cacao (plus de 6 millions de personnes et environ 40% de recettes d'exportations), qui enregistre une productivité tant du capital que du travail éloignée des standards que l'on retrouve dans les pays émergents en particulier à cause des déficits en termes de développement en infrastructure et en capital humain, avec une pauvreté qui touche encore presque la moitié de sa population''.

Le niveau général des prix reste faible en Côte d'Ivoire, aligné sur ceux d'autres pays de l'Union économique et monétaire ouest africaine (UEMOA).

En 2015, poursuit le document de la BM‘'l'inflation n'a pas dépassé 2 % en glissement annuel. Par ailleurs, une tendance baissière est observée depuis le début de l'année 2016, le taux d'inflation ayant passé de 1,7 % en mars 2015 à 1,0 % en mars 2016 pour légèrement remonter à 1,1% en avril 2016''. Cette situation s'explique, selon les experts de la Banque mondiale, principalement, par la stabilité de la ''politique monétaire et du taux de change'' ainsi que par '' la baisse des prix des carburants'' qui a, en partie, compensé la hausse des tarifs de l'électricité qui avaient pris place en juillet 2015 (+10%) et en janvier 2016 (+5%).

Toutefois, souligne le document, les prix de certains produits alimentaires ont commencé à s'accroitre plus rapidement à partir de fin 2015, ce qui peut refléter un excès de demande notamment sur les marchés urbains.

''L'indice des prix alimentaires a augmenté de 6,8% entre février et avril 2016 avec une forte hausse des prix des tubercules (attiéké) et plantain (+68,7%) et légumes frais (+11,6%)'', notent les rédacteurs du rapport.

Pour les experts de la BM‘'l'explosion du prix de l'attiéké explique la grogne de la rue qui se plaint de la hausse du coût de la vie dans la mesure où ce produit constitue l'élément de base de l'alimentation des Ivoiriens, surtout les plus pauvres''.




Côte d'Ivoire Banque mondiale BM UEMOA électricité cacao développement



Educarriere sur Facebook